Le Conseil général de l'armement (CGARM), le placard pas si doré des ingénieurs militaires

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Le Conseil général de l'armement (CGARM), le placard pas si doré des ingénieurs militaires

Publié le 06/11/2018 à 17:24 - Mise à jour le 12/11/2018 à 14:07
©Craig Booth/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un "placard" pour se séparer des éléments devenus encombrants ou un organisme servant à recaser en douce des cadres compromis dans des affaires judiciaires? Un peu des deux à en croire une enquête fouillée du journaliste Antoine Hasday pour La Lettre A. Le Conseil général de l'armement (CGARM), un organisme rassemblant l'élite des ingénieurs polytechniciens chargés de conseiller la ministre des Armées Florence Parly, servirait surtout de porte de sortie à certains éléments de la Direction générale de l'armement (DGA) devenus "encombrants".

Citant un audit externe de l'Institut d'accompagnement psychologique et de ressource (IAPR), le CGARM y est décrit dans des termes peu flatteurs comme étant au choix un "cimetière des éléphants" ou un "hôpital psychiatrique", décrivant un organisme regroupant des ingénieurs victimes de sanctions de fait, incompétents ou souffrant d'authentiques troubles psychiques. Le tout dans une ambiance de "production faible voire inexistante". Plus gênant, d'autres cas encore sont détachés de la DGA vers le CGARM pour décharger leur corps d'origine de toute responsabilité en cas de problème. Et pour cause: les intéressés ont maille à partir avec la justice.

L'enquête de La Lettre A cite notamment le nom d'Alain Jouanjus, un ancien directeur général des services de la mairie de Cannes, impliquée dans une enquête en lien avec l'ancien maire Bernard Brochand, et qui a fait valoir son statut de général pour réintégrer la DGA qui a préféré, par prudence, le cantonner au CGARM.

Voir aussi - Défense: l'Assemblée vote un budget 2019 en nette hausse

Autre dérive citée au sein de l'organisme, sa gestion des ressources humaines par Marc Berville, son secrétaire général arrivé en 2016, qui pousserait certains ingénieurs (le CGARM emploie une vingtaine d'agents en charge de la structure) à des départs en retraite anticipée ou en arrêt maladie forcé. L'Inspection du travail, saisie après des plaintes, a rendu un rapport alarmant sur les souffrances au travail au sein de l'organisme

Autant d'éléments qui poussent à s'interroger sur ce qu'il se passe derrière les portes du Conseil général de l'armement, installé au sein de la prestigieuse Ecole militaire, et sur l'intérêt pour la dépense publique du "cimetière" des ingénieurs militaire. Au grade de général hors échelle, ceux-ci gagnent au minimum 5.473 euros bruts, pour les moins bien lotis, hors prime. Sur le site du ministère des Armées, la page dédiée au CGARM –qui n'est d'ailleurs que l'un des sept organismes "consultatifs" recensés– n'a pas été actualisée depuis plus de sept ans.

Lire aussi:

Florence Parly lance le programme du futur porte-avions, successeur Charles-de-Gaulle

Parly déplore les "Gaulois rétifs" et les "moments difficiles" de l'UE

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Le CGARM (installée dans l'Ecole militaire) est sévèrement pointée du doigt pour ses dérives.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-