Le face à face ultra tendu entre Jean-Luc Mélenchon et la police (vidéos)

Le face à face ultra tendu entre Jean-Luc Mélenchon et la police (vidéos)

Publié le 17/10/2018 à 07:51 - Mise à jour à 07:52
© Paul ELLIS / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

En même temps que le remaniement, La France insoumise subissait une perquisition à son siège du 10e arrondissement de Paris mardi. Perquisitionné aussi chez lui dans le cadre de deux enquêtes préliminaires, Jean-Luc Mélenchon s'est ensuite rendu au siège de LFI avec ses troupes, très remonté contre les policiers.

"La République c'est moi!", hurlait Jean-Luc Mélenchon mardi 16, alors que des policiers perquisitionnaient le siège de La France insoumise dans le cadre de deux enquêtes préliminaires. En même temps que le remaniement, le leader insoumis a en effet fait l'objet d'une opération de police à son domicile.

Des perquisitions ont aussi été ordonnées chez d'anciens et actuels collaborateurs ainsi qu'aux sièges du Parti de gauche et donc, de la LFI.

Après s'être filmé une première fois chez lui, entouré d'agents de police, Jean-Luc Mélenchon s'est rendu dans le 10ème arrondissement où il avait donné rendez-vous à ses soutiens pour protester "par tous les moyens possibles" contre la perquisition en cours.

A voir aussi: Perquisitions houleuses en direct chez Mélenchon et au siège de LFI

Déjà échaudé par l'opération de police dans son appartement, le député des Bouches-du-Rhône était hors de lui à son arrivée dans les locaux de son mouvement, comme le prouvent des images filmées par les journalistes de Quotidien diffusées mardi soir.

"On est pas des voyous! On est pas des bandits!", a-t-il commencé par dire fermement à un agent visiblement chargé de garder la porte des bureaux. Après un premier accrochage extrêmement tendu avec de policier, le député et ses soutiens ont finalement trouvé une porte ouverte.

Lire: Nouveau gouvernement: plutôt qu'un remaniement, Macron tente un élargissement

Ils se sont donc engouffrés dans les bureau de LFI. Là, dans des circonstances assez floues, l'un des militants a été mis à terre par un policiers présent sur la place. La situation déjà extrêmement tendu à failli dégénérer et Alexis Corbière a à son tour pris à partie les forces de l'ordre.

Une dernière vidéo montre Jean-Luc Mélenchon poussant le procureur présent sur place. Un policier est aussitôt venu s'interposer entre les deux et le député, qui n'était visiblement pas au fait du statut de l'homme en cravate qu'il venait de pousser ne s'est pas excusé pour autant.

"C'est un procureur qui ne fait pas la justice!", s'est exclamé l'élu qui s'est vu rétorquer: "je ne prétends pas faire la justice. Je veux simplement discuter calmement avec vous".

"Vous ne pouvez pas discuter avec moi dans un local que vous avez envahi! Vous me perquisitionnez depuis quatre heures chez moi! (…) Vous envahissez deux sièges politiques!".

Plus tard à l'Assemblée, Jean-Luc Mélenchon a interpellé le Premier ministre quant aux événements de la matinée persuadé que la perquisition était un "acte politique". Une fois n'est pas coutume, son intervention a été saluée et applaudie par Marine Le Pen et les députés d'extrême droite.

A lire aussi:

En plein remaniement, des perquisitions chez Mélenchon qui crie à l'opération "politique"

Alerte- Mélenchon perquisitionné appelle ses troupes à résister à la police

Mélenchon juge que "la Macronie implose"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Jean-Luc Mélenchon a vivement protesté contre les perquisition dont ses proches et lui ont fait l'objet mardi.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-