Le Pen annule son passage sur France Inter, Patrick Cohen pousse un coup de gueule (vidéo)

Le Pen annule son passage sur France Inter, Patrick Cohen pousse un coup de gueule (vidéo)

Publié le 11/04/2017 à 11:56 - Mise à jour à 12:09
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Alors qu'elle devait répondre aux questions de Patrick Cohen ce mardi matin sur France Inter, Marine Le Pen a annulé sa présence. Très remonté, le journaliste a regretté l'attitude de la candidate du Front national quelques jours après la polémique sur le Vel d'Hiv.

Marine Le Pen lui a posé un lapin. Alors que la polémique sur la rafle du Vel d'Hiv ne cesse de défrayer la chronique depuis quelques jours, Patrick Cohen a annoncé ce mardi 11 au micro de France Inter qu'il devait recevoir la candidate du Front national. Seulement voilà: elle n'a pas tenu ses promesses. "Marine Le Pen nous a plantés. La candidate du Front national devait répondre à nos questions ce matin, rendez-vous calé il y a plusieurs semaines", a-t-il déclaré précisant que l'équipe de la candidate avait annulé sa présence dimanche soir, juste après le début de la polémique.

En colère, le journaliste a insisté sur l'incorrection de la candidate à l'élection présidentielle. "Annulé pour des raisons d'agenda sans qu'il nous soit proposé une autre date ou même un orateur de rechange. Désinvolture qui nous place dans une situation impossible dans cette période d'égalité des temps de parole", a-t-il déploré. Et d'ajouter: "Or, à l'impossible nul n'est tenu. Si les candidats ne tiennent pas leurs engagements, il n'est pas sûr que nous puissions tenir les nôtres". Le journaliste a ensuite remercié Nicolas Dupont-Aignan qui a pu se rendre disponible à la place de la candidate du FN.

Pour rappel, Marine Le Pen avait jugé dimanche que la France n'était "pas responsable" de la rafle du Vel d'Hiv en 1942 à Paris, au cours de laquelle plus de 13.000 juifs avaient été arrêtés. "Je pense que de manière générale, plus généralement d'ailleurs, s'il y a des responsables, c'est ceux qui étaient au pouvoir à l'époque, ce n'est pas LA France", avait-elle déclaré  dans l'émission Le Grand Jury (RTL-Le Figaro-LCI).

Rapidement, la candidate a essuyé de vives critiques deux semaines avant le premier tour de l'élection présidentielle. Emmanuel Macron, par exemple, y a vu lundi dans un tweet "une faute politique et historique lourde".

(Voir ci-dessous la vidéo postée par le Huffpost):

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


"Désinvolture qui nous place dans une situation impossible dans cette période d'égalité des temps de parole", a déploré Patrick Cohen.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Politique




Commentaires

-