Le petit-fils de Charles de Gaulle, en colère contre Dupont-Aignan, publie une tribune incendiaire

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Le petit-fils de Charles de Gaulle, en colère contre Dupont-Aignan, publie une tribune incendiaire

Publié le 02/05/2017 à 16:22 - Mise à jour à 16:31
© BERTRAND GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Nicolas Dupont-Aignan se revendique régulièrement du gaullisme et n'oublie jamais de citer le général pour étayer ses propos. Cependant, il semblerait que cet attachement ne soit pas au goût de tous. Et le petit-fils de Charles de Gaulle, Yves de Gaulle, a réagi à cette "insulte" dans une tribune envoyée à l'AFP lundi.

Ça suffit! Rappel aux gaullistes et aux autres est un titre qui a le mérite d'être clair et qui souligne bien l'agacement de Yves de Gaulle, le petit-fils du général et ancien conseiller à la Cour des comptes. Cette tribune a été envoyée à l'Agence France Presse lundi 1er mai, jour des rassemblements d'extrême droite et des défilés anti-frontistes.

Yves de Gaulle y exprime sa colère contre Nicolas Dupont-Aignan et l'extrême droite qui reprennent régulièrement les propos de son grand-père dans leurs allocutions. Sans les nommer, il les accuse de "d'insulter" la mémoire du général.

"Dans cette campagne électorale où bien peu de l'essentiel a été abordé, que ceux qui se rallient ou défendent le côté obscur de la France aient le courage d'assumer sans se cacher. Surtout pas derrière l'excuse d'un prétendu gaullisme! Tout ne peut pas se dire! Honte à ceux qui oublient ou pire, dévoient le message de ce qui fut notre honneur!", a écrit l'homme, visant dans des mots à peine voilés Nicolas Dupont-Aignan, ancien candidat à l'élection présidentielle et désormais futur Premier ministre de Marine Le Pen si jamais celle-ci gagnait l'élection présidentielle.

Nicolas Dupont-Aignan s'est toujours revendiqué du gaullisme et cite très souvent le général de Gaulle dans ses discours. Lundi 1er mai, il affirmait une nouvelle fois son attachement au grand homme: "Je suis gaulliste, humaniste, républicain", avait-il lancé lors du meeting de Marine Le Pen.

Pourtant, il semblerait que Yves de Gaulle ne soit pas de cet avis. Et l'homme âgé de 65 ans a poursuit sa tribune en argumentant contre l'extrême droite: "Et que dire de ceux qui l'ont toujours combattu, déchu de sa nationalité, condamné à mort pendant la guerre, cherché à tuer plusieurs fois au début de la Ve République, vilipendé sa politique d'émancipation des peuples, de renouveau de la patrie, de la grandeur d'un Etat juste et conquérant! Leur haine est toujours présente. Leurs disciples sont toujours là, qui n'ont pas changé. Ils sont la régression, la négation et l'exclusion".

Il reprenait ainsi à son compte les arguments des militants anti-FN qui dénoncent que le parti ait été fondé par des collaborateurs ou autres ennemis du général de Gaulle. Les deux principaux intéressés n'ont toujours pas réagi à cette tribune.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Yves de Gaulle a accusé, dans des mots à peine voilés, Nicolas Dupont-Aignan et l'extrême droite "d'insulter" la mémoire de son grand père.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-