Résultats des législatives 2017 - Guaino se lâche sur BFM et estime que ses électeurs sont "à vomir" (vidéo)

Résultats des législatives 2017 - Guaino se lâche sur BFM et estime que ses électeurs sont "à vomir" (vidéo)

Publié le :

Lundi 12 Juin 2017 - 10:04

Mise à jour :

Lundi 12 Juin 2017 - 10:13
© Eric FEFERBERG / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Parachuté des Yvelines à Paris, Henri Guaino n'a pas digéré sa lourde défaite au premier tour dimanche dans la 2e circonscription de la capitale. Il a estimé que les électeurs des Ve, VIe et VIIe arrondissements de la capitale étaient "à vomir".

Henri Guaino n'est vraiment pas content. C'est avec une certaine amertume que le député sortant des Yvelines, qui se présentait dans la 2e circonscription de Paris, a commenté son résultat de 4,5% pour le premier tour des élections législatives qui se s'est déroulé dimanche 11.

"L'électorat qui a voté aujourd'hui dans la 2e circonscription de Paris est, à mes yeux, à vomir. Vous m'entendez bien, à vomir", a-t-il lâché sur BFMTV. Et d'argumenter: "Entre les bobos d'un côté qui sont dans l'entre-soi, dans l'égoïsme, et de l'autre cette espèce de bourgeoisie traditionnelle de droite, celle qui va à la messe, qui met ses enfants au catéchisme puis après qui vote pour un type qui pendant trente ans s'est arrangé à tricher par tous les moyens...". Une allusion à peine voilée à François Fillon. Le député sortant a poursuivi en qualifiant les électeurs de la primaire de la droite "d'un peu pétainistes".

Amer, Henri Guaino a préféré se rappeler les années 80 où les personnalités politiques lui seyaient plus: "Il y avait des Messmer, des Chaban, des Debré, l'héritage du gaullisme, des Séguin, des Pasqua... Maintenant, on se retrouve avec les gens que vous voyez, qui, franchement, ne méritent pas le respect".

"Je suis allé au bout du bout de mes engagements politiques (...) Ça fait plus de trente ans (...). Je crois que j'ai épuisé le sujet", avait commenté Henri Guaino peu avant sa diatribe contre les électeurs des Ve, VIe et VIIe arrondissements de la capitale. L'ancienne plume de Nicolas Sarkozy s'incline loin derrière Gilles Le Gendre (LREM, 41,8 %) et Nathalie Kosciusko-Morizet (LR, 18,1 %). 

Entre "bobos" et "bourgeoisie traditionnelle de droite", Henri Guaino a peu goûté aux électeurs Ve, VIe et VIIe arrondissements de la capitale.

Commentaires

-