Législatives 2017: une candidate La République en Marche dans le Nord condamnée pour avoir falsifié ses diplômes (photo)

Législatives 2017: une candidate La République en Marche dans le Nord condamnée pour avoir falsifié ses diplômes (photo)

Publié le :

Mercredi 31 Mai 2017 - 12:49

Mise à jour :

Mercredi 31 Mai 2017 - 13:04
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

C'est une nouvelle candidate La République en Marche (LREM) qui vient de voir certains éléments peu glorieux de son parcours dévoilés par la presse. Celle qui défend les couleurs du parti d'Emmanuel Macron dans la 2e circonscription du Nord (comprenant notamment Villeneuve-d'Ascq et une partie de Lille) a omis de préciser qu'elle avait été condamnée dans une affaire de "faux et usage de faux".

La série noire continue pour La République en Marche. Mardi 30, Mediapart révélait que Véronique Avril, candidate aux élections législatives en Seine-Saint-Denis louait un logement délabré et exiguë, et à un tarif particulièrement élevé, à une famille de cinq personnes.

Ce mercredi 31, nouvelle révélation, cette fois-ci dans les pages de La Voix du Nord. L'intéressée? Houmria Berrada, la candidate de 34 ans du parti d'Emmanuel Macron dans la 2e circonscription du Nord, fief socialiste. Les faits? La jeune femme a été condamnée en 2011 à huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de pour faux et usage de faux d’un document administratif et à 500 euros de dommages et intérêts. Elle s'était inscrite en 2010 à l'IXAD, une école d'avocats de Lille, en présentant un faux diplôme de l’Institut d’études judiciaires (IEJ) de Strasbourg, usurpé à une étudiante. S'étant visiblement trompée dans une date ce qui déclencha la suspicion, Houmria Berrada n'a pas pu produire l'original du diplôme qu'elle prétendait avoir et a été exclue, puis poursuivie.

Visiblement, La République en Marche n'était pas au courant des faits qui ne seraient pas inscrits sur le casier judicaire que la jeune femme a dû fournir pour être candidate à l'investiture.

Bien que venant de la "société civile", Houmria Berrada n'est pas complètement novice en politique. Avant de rejoindre En Marche, elle a milité jusqu'en 2016 dans les rangs du Parti socialiste. Elle a décroché l'investiture en lieu et place de celui qui était pressenti, le MoDem Christian Carnois, qui n'est finalement que le suppléant.

L'affaire Houmria Berrada devrait être examiné par le "comité éthique", mais ce nouveau cas de personnalité pour le moins polémique vient rajouter un peu plus le trouble sur les dérives du "renouvellement" voulu par le nouveau président de la République. 

Le "comité d'éthique" de LREM devrait se pencher sur l'affaire.

Commentaires

-