L'EI voulait nous terroriser, il nous a donné un héros: le colonel Beltrame

L'EI voulait nous terroriser, il nous a donné un héros: le colonel Beltrame

Publié le :

Mercredi 28 Mars 2018 - 13:00

Mise à jour :

Mercredi 28 Mars 2018 - 13:04
© Thomas SAMSON / AFP
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

En donnant sa vie pour en sauver une autre, Arnaud Beltrame a consenti au sacrifice suprême. Le sacrifice d'un militaire, mais aussi d'un homme pétri d'idéaux républicains. La preuve que la France, et ses valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité, sont plus fortes que les terroristes.

Mort pour la France. Le pays rend hommage au gendarme Arnaud Beltrame ce mercredi 28. La patrie reconnaissante à ce militaire qui a mis en jeu sa propre vie pour en sauver une autre, celle d'une innocente prise en otage par un terroriste. Au bout du chemin, le colonel Beltrame a trouvé la mort. Le terroriste aussi. L'otage a été sauvée, même si les forces de l'ordre n'ont rien pu faire pour les trois autres innocents fauchés par Radouane Lakdim et les quinze personnes qu'il a blessées, dont certaines sont encore entre la vie et la mort.

Lire aussi: A Carcassonne, dans la caserne du colonel Beltrame, un hommage poignant

Vendredi 23, le jour de l'attaque, Arnaud Beltrame fait partie des premiers gendarmes à arriver sur les lieux de la prise d'otage du Super U de Trèbes. Là, il pose son arme et se livre au terroriste en échange d'une femme dont Lakdim se servait comme bouclier humain. Il restera deux heures en tête à tête avec le djihadiste se réclamant de l'Etat islamique. Ce mercredi matin, on a appris qu'Arnaud Bletrame aurait lutté avec le terroriste pour tenter de le désarmer, avant que celui-ci ne lui tire dessus et le blesse gravement au cou avec un couteau, déclenchant l'intervention du GIGN.

Ils voulaient nous terroriser, ils nous ont donné un héros: Arnaud Beltrame. Un homme simple, bien que brillant. Un quadragénaire au parcours fulgurant, qui a prouvé sa valeur au combat et son courage en Irak. Mais surtout un gendarme comme beaucoup d'autres, un "monsieur tout le monde" affecté en août dernier au groupement de gendarmerie de l'Aude à sa demande. Il voulait retrouver le terrain.

A la haine djihadiste, Arnaud Beltrame a répondu par le sacrifice de sa vie. Un sacrifice au nom de la défense de ses concitoyens, au nom du pays qu'il avait choisi de servir en s'engageant dans les forces de l'ordre. Au nom de l'aide aux autres, cette fraternité inscrite dans la devise française.

Comme Franck, cet anonyme qui a jeté son scooter contre le camion meurtrier à Nice pour tenter de l'arrêter le soir du 14 juillet 2016. Comme ces Américains qui ont maîtrisé le terroriste du Thalys le 21 août 2015. Comme Lassana Bathily, jeune employé musulman de l'Hyper Cacher qui avait caché des clients du magasin attaqué le 9 janvier 2015. Comme ce commissaire et son chauffeur, des policiers, qui sont les premiers entrés dans le Bataclan le soir du 13 novembre 2015.

A lire: Arnaud Beltrame, franc-maçon et catholique converti

Tous, ont fait acte de fraternité. Certains étaient membres des forces de l'ordre, d'autres de simples civils, certains même pas Français. Mais tous ont relevé la tête face à la barbarie et décidé d'intervenir. Et par là même fait échouer les terroristes: face à la peur et la barbarie, ils ont répondu par la solidarité.

Les barbares voulaient les tuer, ils les ont rendus immortels. Arnaud Beltrame est désormais immortel. La preuve que la République et ses valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité sont plus fortes que le nihilisme islamiste des intolérants de Daech. La preuve qu'ils ne gagneront jamais. 

L'hommage national au gendarme Arnaud Beltrame aux Invalides, ce mercredi 28.


Commentaires

-