Les « 100 propositions pour l’après » des députés marcheurs

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Les « 100 propositions pour l’après » des députés marcheurs

Publié le 19/06/2020 à 12:18 - Mise à jour à 15:16
© Thomas SAMSON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Dans un document interne, les députés de la majorité se saisissent des grands thèmes évoqués par Emmanuel Macron pour ce qu’il appelle « notre nouveau chemin » et sur lesquels le chef de l’État doit apporter des précisions en juillet lors d’une nouvelle allocution. 
 
Les députés LREM, donc, ont planché sur les priorités, à savoir « refonder notre pacte économique, social et démocratique », « accélérer la transition écologique », « inventer de nouvelles solidarités » et finalement « promouvoir les souverainetés françaises et européennes ». Ils en ont sorti 100 propositions, certes un peu fourre-tout, avec des thématiques qui se croisent et se recroisent. 
 
Les leçons de la crise sanitaire
 
Au fil du document, il est clair que les parlementaires En Marche souhaitent tirer rapidement les leçons de la crise du coronavirus. Un panel de mesures contre la fracture numérique, qu’elle soit sociale ou territoriale, pour la mise en place d’un « dispositif électoral spécifique en cas de crise », pour une meilleure coordination entre médecine de ville et hôpital, ou encore sur la gouvernance des Ehpad et la revalorisation des métiers du grand âge figurent ainsi dans les propositions. 
 
Les députés s’intéressent également à la source du problème en proposant de mieux prendre en compte les paramètres environnementaux et le rôle de la biodiversité dans l’émergence des épidémies. 
 
Ils défendent enfin la relocalisation, au niveau européen, des productions stratégiques (sanitaires et produits de premières nécessité), et un travail vers une « souveraineté sanitaire » (implantation de sites, systèmes d’achats de matériel médical commun…). La défense des intérêts de l’UE fait d’ailleurs l’objet de plusieurs propositions, tant sur le soutien au renseignement économique que sur la surveillance des prises de participation étrangères dans les sociétés. 
 
Dans l’air du temps
 
Au final, la grande majorité des propositions se situent dans l’air du temps, à commencer par « l’accélération de la déconcentration des services de l’État vers les territoires » (sans autres précisions), la réduction des inégalités territoriales, en matière de mobilité notamment, la « revivification des centres urbains » ou la création d’un « fonds d’innovation territoriale » visant à soutenir les projets des territoires ruraux. 
 
De même en ce qui concerne la transition écologique, on retrouve des propositions qui pourraient très bien sortir de la Convention citoyenne pour le climat, laquelle rend ses conclusions ce week-end. Lutte contre la pollution sonore, mise en place de modèles plus vertueux dans des secteurs comme l’agriculture et l’aéroportuaire, améliorations dans les cantines et efficacité énergétique des bâtiments, renforcement de la part de l’hydrogène vert font ainsi partie des solutions abordées dans le document. 
 
Les députés demandent cependant la création d’un Secrétariat général à la santé environnementale et d’un Haut conseil de la santé humaine et animale, sans, encore une fois, en préciser les attributions. Ils estiment en outre utile la pérennisation de la Convention citoyenne, qui pourrait s’exprimer, selon, eux sur des sujets de société. 
 
L’attention portée aux jeunes
 
Les mesures figurant dans le document n’abordent que très partiellement les questions économiques et ne sont en réalité guère révolutionnaires. Elles ont cependant le mérite de remettre sur la table quelques sujets oubliés, comme la lutte contre la fraude fiscale, la taxe carbone aux frontières ou un revenu minimum garanti pour les agriculteurs. 
 
Ce melting-pot de propositions accorde somme toute une large place aux jeunes, de leur emploi, de l’insertion professionnelle ou de l’apprentissage avec notamment la gratuité de la première année pour l’employeur. Les députés LREM défendent également la création d’un revenu universel d’activité et d’un service public de l’insertion pour les moins de 25 ans, mais aussi, trois lignes plus loin l’ouverture du bénéfice du RSA pour ces mêmes jeunes. 
 
Vers la gauche 
 
D’autres propositions tendent d’ailleurs à faire pencher la balance du côté gauche de l’échiquier politique, qu’elles soient économiques (« engager une réflexion sur un revenu universel d’activité pour les plus précaires »), sociales (« développer un meilleur accompagnement des jeunes des quartiers prioritaires », « pérenniser les aides aux sans-abris mises en place pendant la crise ») ou même migratoires (« envisager de nouvelles voies légales d’accès pour les migrants »). 
 
Dans ce flot de mesures, les marcheurs de plus ont en outre glissé quelques propositions dont on sent bien qu’elles s’adressent directement à la gestion « jupitérienne » de l’exécutif. C’est par exemple le cas de la numéro 7 : « Renforcer les prérogatives du parlement pour évaluer l’équité territoriale et l’effectivité de l’accès aux droits sur tous les territoires de la République (éducation, emploi, accès aux services publics, sécurité, logement...) ». 
 
Enfin, la proposition sans doute la plus étonnante concerne un sujet brûlant, à savoir les forces de l’ordre. Les députés En Marche se prononcent en faveur de la création d’un « service indépendant d’enquête et d’inspection des forces de l’ordre ». En parallèle ou en remplacement de l’IGPN ? Ce n’est pas précisé. 
 
 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les députés de la majorité présidentielle font des propositions

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-