Les déclarations d’Emmanuel Macron le 14 juillet : Imaginer la France de dans 10 ans

Les déclarations d’Emmanuel Macron le 14 juillet : Imaginer la France de dans 10 ans

Publié le 14/07/2020 à 14:56 - Mise à jour à 16:02
Ludovic Marin / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Interrogé par Léa Salamé et Gilles Bouleau, le Président de la République a renoué avec la traditionnelle intervention du 14 juillet. Il a pu revenir plus en détail sur les grandes mesures, qui devraient accompagner le plan de relance. Prévu initialement sur 45 minutes, l’entretien s’est étiré au final sur 1h20.

D’abord questionné sur l’épidémie de coronavirus, Emmanuel Macron a tenu à souligner les efforts acceptés par tous les Français, en mettant en avant les soignants, profession déjà mise à l’honneur quelques heures plus tôt au cours du traditionnel défilé. « L’épidémie repart un peu » a-t-il concédé, tout en rassurant. La France est prête à l’arrivée d’une deuxième vague, puisque les autorités ont pris consciences des lacunes et des faiblesses, identifiées il y a quelques semaines. Le Chef de l’Etat a affirmé que toute la lumière serait faite sur les manquements de l’Etat et les éventuelles erreurs commises. Répondant aux appels lancés depuis plusieurs jours par certains médecins, Emmanuel Macron a déclaré vouloir travailler à rendre le masque  obligatoire dans les espaces publics clos à partir du 1er aout prochain.

Le président a dit comprendre pourquoi une partie de la population se montrait hostile :

« Je ne suis pas parvenu à rassembler les Français. Nous avons vécu le chaos et le grand fracas du monde. Il y a 4 ans, le même jour, à Nice, nous avons vécu le terrorisme. Des crises à répétition, le chômage de masse, la crise des Gilets jaunes. Nous vivons une crise internationale, du multilatéralisme. Et nous vivons une crise sanitaire. Tout cela n’est pas un accélérateur de confiance »;

Le remaniement, une nouvelle étape du quinquennat

En revanche, après avoir rendu hommage à son ancien premier Ministre, Edouard Philippe, il a souligné que cette nouvelle période de 600 jours c’était « une page politique qui se tourne », expliquant le remaniement et la nomination de Jean Castex. Léa Salamé a interrogé le président sur la colère des associations après la nomination de Gérald Darmanin, accusé de viol. Emmanuel Macron a rappelé que la lutte contre les violences faites aux femmes était un fil rouge pour son action. En revanche, il a déclaré ne pas vouloir « bafouer les principes fondamentaux » et ne pas céder à la pression de l’opinion publique ou des réseaux sociaux.

Une mobilisation pleine et entière pour la rentrée et la reprise

 

Le président a rassuré les Françaises et les Français sur la rentrée scolaire :

« Nous nous sommes mis dans une situation d’avoir une rentrée des classes quasi normales. ».

Des adaptations seront apportées en fonction de l’évolution de la situation, mais Emmanuel Macron a tenu à affirmer que tous les enseignants seront « bien protégés ».

Le président a ensuite confirmé que les estimations prévoyaient entre 800.000 et 1 million de chômeurs en plus d’ici le printemps 2021. 30 milliards d’euros seront ainsi consacrés à la formation et au financement de la formation professionnelle. Les jeunes seront particulièrement accompagnés avec un dispositif d’accompagnement exceptionnel d’exonérations de charges sociales jusqu’à 1.6 SMIC. Un plan de 300.000 contrats d’insertion doit venir compléter ce soutien à l’emploi des jeunes.

Interrogé par les journalistes au sujet de la Réforme des Retraites, le président de la République a confirmé : « Je crois que cette réforme est juste. Il faut peut-être lui donner un peu plus de temps et continuer de concerter »;

La relance de l’économie passera aussi par des efforts encore plus importants pour financer les travaux de rénovation énergétique, notamment pour les ménages les plus modestes. Mais le président de la République veut aller encore plus loin en associant à ces efforts la commande publique :

 « Je veux qu’on se lance dans un grand programme de rénovation de nos écoles et de nos Ephads pour faire des économies d’énergie »;

Interrogé sur la question écologique, Emmanuel Macron a confirmé vouloir inscrire le plus vite possible la transition écologique dans la Constitution.

Des ambitions pour imaginer la France de demain

 

"Nous devons avoir des objectifs sur dix ans. Avec cette crise, on peut sortir des divisions. Nous pouvons construire un pays différent";

Léa Salamé a alors interpellé le Chef de l’Etat pour savoir s’il était déjà candidat à sa propre succession, question restée sans réponse à cette heure.

Pour concrétiser toutes ces ambitions, le Chef de l’Etat a déclaré qu’il n’y aurait pas d’augmentation de la pression fiscale ni sur les ménages ni sur les entreprises. Il a toutefois concédé, que la prochaine étape de la suppression de la taxe d’habitation pourrait être décalée de plusieurs années, même si cette déclaration reste au conditionnel.

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Pendant plus d'une heure, Emmanuel Macron a répondu aux questions des journalistes

Annonces immobilières

Fil d'actualités Politique




Commentaires

-