Les Républicains: Bernard Accoyer s'en prend aux déclarations "arrogantes" d'Emmanuel Macron

Les Républicains: Bernard Accoyer s'en prend aux déclarations "arrogantes" d'Emmanuel Macron

Publié le :

Vendredi 05 Mai 2017 - 19:40

Mise à jour :

Vendredi 05 Mai 2017 - 19:41
©WikimediaCommons
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Bernard Accoyer, le secrétaire général des Républicains, a vertement tancé Emmanuel Macron, accusé d’avoir formulé des déclarations "arrogantes, mensongères et irresponsables" ce vendredi. le candidat d'En Marche a en effet estimé que "Les Républicains, c'est un parti fracturé".

Il y a des déclarations qui font bondir Bernard Accoyer, actuel secrétaire général du parti Les Républicains. Surcout quand elles viennent d'Emmanuel Macron. En effet, le candidat d'En Marche a analysé ce vendredi 5 dans le Parisien que "Les Républicains, c'est un parti fracturé entre une droite réactionnaire qui, sur le plan sociétal, social, européen, est beaucoup plus proche des thèses de Marine Le Pen que de qui que ce soit d'autre, et une droite sociale-libérale gaulliste, beaucoup plus proche de moi".

Des propos qui ont provoqué l'ire de Bernard Accoyer qui a immédiatement répondu à l'ancien ministre de l'Economie. "Oubliant que le Bureau politique des Républicains, au nom d'une certaine idée de la France et de la République, a appelé à faire battre Marine Le Pen, Monsieur Macron souhaite la disparition du principal mouvement de la droite et du centre, premier parti de France. Ce sont des déclarations arrogantes, mensongères et irresponsables", a-t-il lancé à l'adresse d'Emmanuel Macron.

Et de poursuivre: "Jamais Jacques Chirac, en 2002, n'aurait appelé à la dislocation du Parti socialiste. Jamais, dans un moment aussi grave et alors que Monsieur Macron entend occuper la plus haute fonction de l'Etat, Jacques Chirac ne se serait livré à des jeux politiciens hasardeux".

Emmanuel Macron "prend ses désirs pour des réalités" note le sécrétaire général LR. Et de conclure: "Notre famille politique a une histoire forte et un avenir certain. Dès le lendemain de l’élection présidentielle, nous conduirons une campagne législative d’alternance, autour de François Baroin avec nos alliés de l’UDI. Une alternance dont notre pays a tant besoin après cinq ans de Hollandisme".

L’ancien président de l’Assemblée nationale riposte aux propos d'Emmanuel Macron.

Commentaires

-