L'Etat islamique immole par le feu deux soldats turcs, Ankara bloque les réseaux sociaux

L'Etat islamique immole par le feu deux soldats turcs, Ankara bloque les réseaux sociaux

Publié le :

Samedi 24 Décembre 2016 - 10:47

Mise à jour :

Samedi 24 Décembre 2016 - 10:48
©Stringer/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les réseaux sociaux Twitter et YouTube sont fortement perturbés en Turquie depuis la mise en ligne d'une vidéo du groupe Etat islamique montrant deux hommes présentés comme des soldats turcs être brûlés vifs.

Les djihadistes de l'Etat islamique (EI) avaient déjà brûlé vif à pilote jordanien en février dernier. L'organisation terroriste a récidivé dans l'horreur en diffusant jeudi 22 sur les sites djihadistes une vidéo montrant deux soldats turcs immolés par le feu au moment où les forces d’Ankara combattent l’EI au prix de lourdes pertes, notamment sur le front d'al-Bab en Syrie.

Avec cette vidéo dans laquelle le bourreau parle en turc s'en prend au président Erdogan, auquel il reproche notamment d'avoir ouvert la base aérienne turque d'Incirlik (sud) à la coalition internationale contre l'Etat islamique menée par les Etats-Unis. L’organisation Etat islamique appelle ses partisans à "détruire la Turquie".

Avant d'être brûlées, les deux victimes se sont présentées, en turc, comme étant Fethi Sahin, né à Konya (centre de la Turquie), et Sefter Tas, âgé de 21 ans et ayant servi à Kilis (sud-est). Selon des médias turcs, un militaire du nom de Sefter Tas avait été enlevé par l'EI le 1er septembre 2015.

Pour empêcher la diffusion de la vidéo, les autorités d'Ankara ont réagi en bloquant l’accès à Twitter dans la nuit de jeudi 22 à vendredi 23. Ceci n’a pas empêché la population turque de contourner le blocage et de commenter largement l’affaire sur les réseaux sociaux avec un mot d’ordre plutôt bien respecté: ne pas partager les images, pour ne pas faire écho aux atrocités de Daech.

La Turquie est régulièrement accusée de limiter les accès à internet après certains événements, comme des attentats, ou, en début de semaine, l'assassinat de l'ambassadeur russe à Ankara par un jeune policier turc

 

La diffusion par le groupe Etat islamique d'une vidéo montrant l'immolation par le feu en Syrie de deux hommes présentés comme des soldats turcs a provoqué l'indignation sur les réseaux sociaux.


Commentaires

-