L'Etat opposé aux tests salivaires anti-drogue dans les lycées d'Île-de-France

L'Etat opposé aux tests salivaires anti-drogue dans les lycées d'Île-de-France

Publié le 19/08/2016 à 18:05 - Mise à jour à 18:07
©Bertrand Guay/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

L'Etat s'oppose aux tests salivaires de détection de drogue dans les lycées que la région Ile-de-France souhaite financer pour les lycéens franciliens, une décision contestée par la présidente de région, Valérie Pécresse (LR).

Dans une lettre adressée en juillet à Mme Pécresse, citée vendredi par le Figaro, le préfet de région Jean-François Carenco estime que cette disposition adoptée en mai par les élus régionaux outrepasse les compétences régionales en matière sanitaire et sociale. Pour Valérie Pécresse en revanche, elle s'inscrit pleinement dans le cadre des compétences régionales, notamment "en matière de lutte contre le décrochage scolaire".

"En application de ses compétences en matière de développement sanitaire, de soutien aux politiques d'éducation et de lutte contre le décrochage scolaire, la région est totalement fondée à intervenir pour prévenir les addictions et les pratiques addictives au lycée, action qui figure précisément au croisement de ces trois compétences", écrit-elle en réponse dans un courrier au préfet daté du 20 juillet, dont l'AFP a obtenu une copie. "Le lien entre addiction et décrochage scolaire est en effet scientifiquement établi", souligne-t-elle. Pour le préfet, l'article contesté ne respecte pas les dispositions du code des collectivités territoriales et du code de l'éducation.

Dans le cadre de son plan anti-drogue, la Région a adopté le 19 mai le principe controversé de financer des tests salivaires et diverses autres dispositions pour lutter contre les addictions en milieu scolaire. Pour les chefs d'établissement, ces tests de dépistage devaient être "des outils de diagnostic" sous couvert du secret médical, dont les résultats seraient transmis uniquement à la famille ou au lycéen s'il est majeur.

Dans l'entourage de Valérie Pécresse on dénonce un "déni de réalité" de la part de l'Etat. La présidente de région invite en conclusion le préfet à participer personnellement aux "assises régionales sur le décrochage scolaire, ses causes et ses solutions" qui doivent se tenir à la rentrée au Conseil régional.

Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti (LR) a apporté dans un communiqué son soutien "sans réserve" à l'action menée par Valérie Pécresse, dénonçant la politique du gouvernement qui, a-t-il dit, "laisse prospérer la consommation de drogues".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.

Soutenez FranceSoir dès 1€ >



PARTAGER CET ARTICLE :


L'Etat s'oppose aux tests salivaires de détection de drogue dans les lycées que la région Ile-de-France souhaite financer pour les lycéens franciliens.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-