Logement: la réforme des APL enterrée par la ministre Sylvia Pinel

Logement: la réforme des APL enterrée par la ministre Sylvia Pinel

Publié le :

Dimanche 01 Février 2015 - 12:07

Mise à jour :

Dimanche 01 Février 2015 - 17:52
Alors qu'un rapport remis récemment au gouvernement recommandait une réforme des APL (aides personnalisées au logement) pour les étudiants, la ministre du Logement Sylvia Pinel estime qu'il est "prématuré de décider quoi que ce soit" pour le moment.
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

Il est urgent d'attendre. Dans une interview accordée au JDD, ce dimanche, la ministre du Logement Sylvia Pinel a écarté toute réforme imminente des Aides personnalisées au logement, les fameuses APL, comme le préconise un rapport remis récemment au gouvernement.

"Aujourd'hui, il est prématuré de décider quoi que ce soit", a ainsi déclaré la ministre interrogée sur ce sujet. Avant de rappeler que ce rapport de l'Inspection général des affaires sociales (Igas) et de l'Inspection général des finances (IGF) "n'engage pas le gouvernement".

"Il y a déjà eu un débat sur les APL lors de la loi de finances pour 2015. Un groupe de travail constitué de parlementaires sera formé dès cette semaine. Ils formuleront des propositions mais ce sujet ne se traite pas en quelques semaines", a encore détaillé Sylvia Pinel. Preuve que le sujet est jugé explosif par l'exécutif, qui souhaite donc avancer à pas de loup sur ce dossier.

Ce rapport, révélé vendredi 30 par Les Echos, explore plusieurs pistes pour réduire la dépense publique en matière de logement (46 milliards d'euros en 2014). Parmi les nombreuses mesures préconisées, comme la suppression progressive des aides à la pierre ou une réforme des procédures d'attribution des logements sociaux, les auteurs recommandent de revenir sur les APL, parfois versées aux étudiants les plus aisés car ne prenant pas en compte les aides des parents.

Le document préconise également que les étudiants ne puissent plus être rattachés au foyer familial de leurs parents, qui payent ainsi moins d'impôts. Les deux mesures conjuguées sont supposées rapporter 400 millions d'euros aux caisses de l'Etat.

 

La dépense publique en matière de logement représente au total 46 milliards d'euros en 2014.


Commentaires

-