Loi de sécurité globale : Gérald Darmanin contraint de revoir (légèrement) sa copie

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Loi de sécurité globale : Gérald Darmanin contraint de revoir (légèrement) sa copie

Publié le 20/11/2020 à 11:56 - Mise à jour à 11:57
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL/AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Alors que le texte est toujours débattu à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur doit soumettre un amendement sur l’article 24 et la liberté d’informer. 
 
Est-ce un recadrage en règle ? Toujours est-il qu’au vu des réactions, y compris celles de l’ONU et de la Défenseure des droits, et des manifestations déclenchées par la loi de sécurité globale, une réunion s’est tenue en urgence jeudi soir à Matignon. 
 
Au menu de Jean Castex, Gérald Darmanin et d’autres responsables de la majorité, le fameux article 24, celui qui prévoit de punir d’un an d’emprisonnement et de 45000€ d’amendes la diffusion « de l’image ou tout autre élément d’identification » d’un policier ou d’un gendarme en intervention, quand cette diffusion a pour but « qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique ». 
 
Et c’est donc Matignon (et non la place Beauvau) qui a finalement annoncé un amendement gouvernemental, via un communiqué de presse. Le document indique notamment que l’amendement devra préciser que 
 
« les dispositions envisagées ne feront nul obstacle à la liberté d’informer »
 
« Calmer le jeu »
 
Non rendu public ce vendredi matin sur le site de l’assemblée, il semble que ledit amendement consiste simplement à ajouter le terme « manifestement » (« porté atteinte à son intégrité… »).
 
Comment penser que cela suffira à calmer le jeu alors que la protestation prend de l’ampleur et des manifestations sont prévues ce samedi ? 
 
L’article 24, s’il attire les foudres, et notamment celles des journalistes, n’est pas le seul à inquiéter quand au futur respect des libertés individuelles. Pour ne citer qu’un exemple, l’utilisation de la surveillance aéroportée (les drones) lors de manifestations pose également question. 
 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Jean Castex tente de calmer le jeu, mais seulement sur l'article 24

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-