Loi Travail: le Sénat durcit le texte, manifestation en suspens pour mardi

Loi Travail: le Sénat durcit le texte, manifestation en suspens pour mardi

Publié le :

Samedi 25 Juin 2016 - 12:02

Mise à jour :

Samedi 25 Juin 2016 - 12:03
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

La chambre haute, où la droite est majoritaire, a achevé l'examen en première lecture de la loi Travail. Le texte va revenir vers l'Assemblée nationale.

Le Sénat à majorité de droite a achevé dans la nuit de vendredi à samedi l'examen en première lecture du projet de loi Travail après l'avoir durci, à l'issue de deux semaines de débat tandis que l'opposition au texte n'a pas faibli.

Le texte fera l'objet d'un vote solennel le 28 juin, alors que les syndicats qui y sont opposés organisent une nouvelle journée nationale de manifestations et de grève.

Aussitôt après le vote, vers 18H00, le texte fera l'objet d'une commission mixte paritaire Sénat-Assemblée chargée de trouver un accord. En cas d'échec, attendu, c'est l'Assemblée nationale, après une dernière navette, qui aura le dernier mot. Comme en première lecture, le gouvernement pourrait y utiliser l'article 49-3 pour imposer sa version.

Au cours de la nouvelle lecture, le 18 juillet, le Sénat devrait rejeter le nouveau texte par l'adoption d'une motion. Le gouvernement ne peut pas employer l'arme du 49-3 au Sénat. A l'Assemblée, c'est à partir du 5 juillet qu'aura lieu cette lecture.

Les responsables de la droite sénatoriale ont souligné à plusieurs reprises que la version issue de la Haute Assemblée pourra servir de base à un nouveau texte en cas d'alternance après l'élection présidentielle.

Les syndicats opposés à la loi Travail ont déposé à la préfecture de police de Paris une demande de manifester mardi 28 juin de Nation à Place d'Italie, a déclaré ce vendredi 24 à l'AFP Pascal Joly, secrétaire général de l'Union Régionale Ile-de-France CGT. "Pour l'instant, nous n'avons pas d'autorisation, ni écrite, ni verbale. Rendez-vous a été pris lundi matin avec la préfecture pour obtenir une réponse à cette demande", a-t-il dit. S'il est autorisé, le cortège partirait à 14 heures, à l'appel de la CGT, FO, Solidaires, FSU, l'Unef, l'UNL et FIDL.

 

Le texte proposé par le Sénat pourrait servir "de base en cas d'alternance".

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-