Loi Travail: "nous avons trouvé un compromis équilibré", assure El Khomri

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 12 avril 2016 - 13:58
Image
Myriam El Khomri
Crédits
©MEIGNEUX/SIPA
"Cette loi n'a jamais été une loi pro-patron et cette loi n'est pas aujourd'hui une loi anti-patron", a déclaré Myriam El Khomri au sujet de la loi Travail.
©MEIGNEUX/SIPA
Suite aux concessions accordées par Manuel Valls aux organisations de jeunesse dans le cadre de la loi Travail, concernant notamment la surtaxation des CDD, la ministre du Travail Myriam El Khomri a déclaré ce mardi sur Radio Classique que le gouvernement était parvenu à un "compromis équilibré". Furieux, le patronat n'est pas de cet avis.

"Nous avons trouvé un compromis équilibré" sur le projet de loi travail, a affirmé ce mardi 12 la ministre du Travail Myriam El Khomri au lendemain d'annonces par le Premier ministre de mesures en faveur des jeunes, dont une, portant sur la surtaxation des CDD, vivement décriée par le patronat. "Cette loi n'a jamais été une loi pro-patron et cette loi n'est pas aujourd'hui une loi anti-patron", a déclaré la ministre du Travail sur Radio Classique. "Cette loi vise à encourager l'emploi durable, c'est-à-dire l'emploi en CDI", a-t-elle poursuivi.

Manuel Valls a annoncé un amendement au projet de loi travail pour rendre obligatoire la modulation des cotisations patronales d'assurance chômage et "renchérir" ainsi "les contrats courts" (CDD, intérim). Les modalités de la mesure doivent être définies par les partenaires sociaux durant la négociation en cours sur l'assurance chômage. Si la surtaxation de certains contrats courts existe déjà, l'annonce du gouvernement a néanmoins hérissé le patronat, la CGPME notamment dénonçant "un coup de poignard porté dans le dos des entreprises".

Les syndicats de salariés ont eux été choqués par cette incursion dans le pré carré des partenaires sociaux et l'interférence de la loi dans la négociation. "Cette modulation, notamment des taxations, existe aujourd'hui. Elles ont été mises en place il y a deux ans par les partenaires sociaux. Elles n'ont pas eu l'effet escompté, c'est-à-dire qu'il n'y a pas eu moins d'utilisation de CDD parce que la surcotisation a été modeste et elle ne concernait pas l'ensemble des contrats", a reconnu la ministre. "L'objectif, c'est que nous affichons dans la loi l'impulsion politique du gouvernement (...). Nous souhaitons que les partenaires sociaux puissent moduler les cotisations, mais c'est aux partenaires sociaux d'en mettre en œuvre les modalités", a insisté Mme El Khomri. "Nous avons toujours dit que nous avions un problème dans notre pays qui est le recours abusif aux CDD", a également souligné la ministre, rappelant que "50% des CDD signés" concernaient des durées de travail de moins d'une semaine, et que "neuf embauches sur dix" se font en CDD.

 

À LIRE AUSSI

Image
Manuel Valls.
Concessions faites aux jeunes dans la loi Travail: la presse étrille le manque d'autorité du gouvernement
Pour la presse, les concessions faites aux organisations de jeunesse lundi dans le cadre du projet de réforme du code du travail, confirment "l'affaiblissement continu...
12 avril 2016 - 11:07
Politique
Image
William Martinet, le président de l'Unef.
Loi travail: les gages de Valls à la jeunesse ne calment pas leur opposition
La série de mesures à destination de l'emploi des jeunes annoncée par Manuel Valls ce lundi a été bien accueillie par les syndicats lycéens et étudiants. Mais ceux-ci ...
11 avril 2016 - 17:10
Politique
Image
William Martinet, le président de l'Unef.
Loi Travail: l'Unef "satisfaite" des mesures mais reste mobilisée
Suite à l'annonce d'un paln de 500 millions d'euros par an pour aider les jeunes à s'insérer sur le marché du travail, le patron de l'Unef William Martinet s'est dit s...
11 avril 2016 - 14:56
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.