En enterrant le "ni-ni" Baroin veut sauver les meubles, mais aussi s'affirmer en chef de parti

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

En enterrant le "ni-ni" Baroin veut sauver les meubles, mais aussi s'affirmer en chef de parti

Publié le 30/05/2017 à 13:02 - Mise à jour à 14:21
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

Du passé, François Baroin veut faire table rase. Le sénateur-maire, patron de LR pour la campagne des législatives, vient d'annoncer la fin du "ni-ni", cette doctrine de Nicolas Sarkozy consistant à refuser de faire un choix entre le FN et le PS dans le cas où l'extrême droite pourrait l'emporter. Un cadeau à l'aile gauche de son parti, mais pas seulement.

Pour Sarkozy c'était "ni-ni", pour Baroin c'est fini. Le patron de LR -pour la campagne des législatives- a surpris son monde en enterrant, d'abord lundi 29 en marge d'un déplacement puis ce mardi 30 sur France Inter, le fameux "ni-ni" qui prévaut au sein de son parti depuis les cantonales de 2011. Une manière de faire coup double pour l'ancien chiraquien devenu sarkozyste. Son objectif est ainsi de ressouder des Républicains au bord de l'explosion, menacés d'une déroute aux législatives et grignotés par LREM, tout en prenant ses distances avec l'ancien président battu aux primaires de novembre 2016. Comme pour mieux s'imposer à la tête du parti.

Le très consensuel président de l'Association des maires de France, éternel jeune pousse prometteuse de la droite mais qui tarde à éclore au plus haut niveau, a annoncé ce mardi matin la stratégie de LR aux législatives: "faire barrage au FN en tout temps, tous lieux, toutes circonstances". Quitte à retirer des candidats moins bien placés en cas de triangulaires, ou plus? "Cette question, elle est tranchée depuis très longtemps. Et naturellement, tout sera mis en œuvre au niveau national pour éviter ce genre de choses", avait-il déjà répondu la veille à la presse.

Fini la doctrine du "ni-ni", donc, a réaffirmé celui qui dit avoir "toujours été partisan d'un barrage" contre le Front national. Tout en précisant au passage que ce virage à 180 degrés avec l'ère sarkozyste est une "position personnelle" qui devra être confirmée par le bureau politique "qui se réunira au soir du premier tour des législatives". Et en réclamant à LREM et au PS un engagement de réciprocité somme toute logique.

Des déclarations tout sauf hasardeuses de la part de François Baroin, qui sait que de larges pans de son parti sont tentés par En Marche. Nombre de ses candidats aux législatives, juppéistes en tête, font ainsi d'ores et déjà campagne en promettant d'incarner une opposition constructive, prête à travailler avec Emmanuel Macron sur certains textes, voire même de voter la confiance au gouvernement nommé par le nouveau président. Bien loin de la position adoptée par LR après le second tour et qui visait à imposer à Macron une cohabitation.

Sachant qu'il va mécontenter l'aile droite de LR, Baroin parie toutefois que les Wauquiez, Ciotti et consorts seront contraints d'avaler la couleuvre car dans l'impossibilité de franchir le Rubicond vers le FN (Dupont-Aignan en est revenu) ou un départ du parti. Pour l'instant du moins.

Tenir les deux bouts de l'élastique, donc, mais sachant à l'avance qu'il finira par se rompre. De trop longue date parcouru par des courants trop contraires LR pourrait ainsi ne pas survivre longtemps aux législatives, comme déjà annoncé jusque dans les rangs du parti. L'"UMPS" serait alors une réalité, au moins dans la communauté de destin des deux frères ennemis.

Le pari de Baroin semble alors clair: miser sur un positionnement au centre droit, celui de De Gaulle et, dans une moindre mesure, Chirac pour se prépositionner en futur patron d'un parti rénové (et qui pourrait encore changer de nom au passage). Quitte à devenir un supplétif de LREM? L'avenir, et les électeurs, le diront. Autre question qui a son importance, celle du choix que feront les déçus/exclus de ce nouveau parti.

Auteur(s): Pierre Plottu


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Laurent Wauquiez (à g.) et François Baroin tentent tous les deux de se positionner pour "l'après", alors que beaucoup annoncent l'explosion de LR à l'issue des législatives.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-