LR: évincée, NKM dénonce les méthodes "staliniennes" de Sarkozy

LR: évincée, NKM dénonce les méthodes "staliniennes" de Sarkozy

Publié le 14/12/2015 à 14:23 - Mise à jour à 14:32
©Joel Saget/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Pour avoir critiqué la ligne "ni retrait, ni fusion" de Nicolas Sarkozy au second tour des élections régionales, Nathalie Kosciusko-Morizet va être évincée de la direction du parti Les Républicains. Celle qui était jusqu'ici numéro-2 de LR a dénoncé lundi "une vielle idée stalinienne".

Nathalie Kosciusko-Morizet, actuellement numéro-2 du parti Les Républicains, va être évincée et ne fera pas partie d'une nouvelle direction qui sera annoncée en janvier prochain, ont indiqué ce lundi 14 des sources concordantes à l'AFP.

NKM, qui a fortement critiqué la ligne du "ni PS ni FN" défendue par l'ancien chef de l'Etat entre les deux tours des régionales, avait été désignée numéro-2 du parti après l'élection de Nicolas Sarkozy fin novembre 2014.

"Evincée au moment où on lance un débat, c'est une vieille idée stalinienne", a-t-elle réagi en sortant du bureau politique qui se tenait ce lundi matin au siège du parti, à Paris. Nicolas Sarkozy a insisté sur "ceux qui marquent des buts contre leur camp" et sur le bien-fondé d'une ligne "claire" qui a "payé".

A l'issue du premier tour des élections régionales, NKM était la seule, avec Jean-Pierre Raffarin, à s'être opposée à la ligne "ni retrait, ni fusion". Encore dans la soirée de dimanche 13, après le second tour, elle s'en est pris de nouveau à ce principe, se disant "heureuse" que les électeurs "n'aient pas appliqué le ni-ni" auquel cas "le FN aurait gagné" en PACA et dans le Nord, comme le rapporte BFMTV.

NKM, qui revendique sa liberté de parole, est pressentie pour participer à la primaire de la droite et du centre qui doit se tenir en novembre 2016 en vue de désigner le ou la candidat(e) à la présidentielle de 2017.

Il y a plusieurs mois déjà, sa position lors d'une législative partielle dans le Doubs pour le front républicain avait fortement indisposé Nicolas Sarkozy. Depuis un an, la rumeur d'une éviction a régulièrement circulé à son sujet.

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


PARTAGER CET ARTICLE :


Nicolas Sarkozy et Nathalie Kosciusko-Morizet au siège Les Républicains, le 10 octobre dernier.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-