Manifestation du 1er mai: les black blocs dans le box des accusés

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Manifestation du 1er mai: les black blocs dans le box des accusés

Publié le 02/05/2018 à 12:12 - Mise à jour à 12:21
© Alain JOCARD / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La France semble redécouvrir les "black blocs" après qu'ils aient fait déraper la manifestation du 1er mai de mardi. Cette mouvance est pourtant active de longue date, notamment en Europe.

En groupe, tout de noir vêtus -cagoules et casques compris- ils sont impressionnants. Les "black blocs" ont atteint leur objectif en faisant dérailler la manifestation parisienne du 1er mai: faire parler d'eux, déstabiliser la police, et s'en prendre aux symboles du capitalisme qu'ils honnissent. Au point que ce mardi 2, l'opposition n'hésite pas à dénoncer une supposée "faillite" du pouvoir qui a échoué à prévenir les débordements et à les canaliser. Difficile toutefois pour la police de cerner cette mouvance à la fois multiple et obscure qui est tout sauf un groupe organisé classique.

Ce "groupe affinitaire", comme le décrivent les services de renseignement, est ainsi plus une forme d'action qu'un organe de contestation en tant que tel. Le black bloc n'existe ainsi tout simplement pas avant ou après être passé à l'action. Ses membres sont tout à fait volatiles et aucune hiérarchie autre que celle de l'action n'a court dans le groupe. Les échanges mêmes entre ses membres se font exclusivement par oral ou messagerie instantanée sécurisée, ce qui rend très difficile de les infiltrer, et par conséquent d'anticiper leurs actions.

Anarchistes, autonomes, voire antifascistes composaient ainsi le groupe de 1.000 à 1.200 militants en noir qui ont affronté les forces de l'ordre mardi à Paris. Ils ont été rejoints par des activistes venus d'un peu partout en Europe, principalement d'Allemagne (précurseur de cette forme d'action), d'Espagne, de Grèce ou d'Italie.

Lire - Black blocs au défilé du 1er Mai: "On ne pouvait pas intervenir"

Il serait toutefois erroné de voir le black bloc comme un simple déchaînement de violence. Ceux qui choisissent d'endosser "l'uniforme" du groupe et s'équiper pour l'affrontement sont très politisés. Leurs idéaux sont marqués par l'anticapitalisme et le libertarisme, ainsi que la volonté de médiatiser leur action violente pour susciter l'adhésion. Un de leurs objectifs et ainsi de prouver que la police "ne tient pas la rue".

Bien que diffus et sans hiérarchie, le black bloc est très organisé. Ses membres adoptent des tactiques de combat urbain, leur champ de bataille de prédilection, et sont maîtres dans l'art de brouiller les pistes. Ils sont ainsi capables de changer de vêtements et de physionomie au cours d'une même manifestation, n'utilisent pas ou peu de téléphones portables pour éviter que leurs conversations soient captées ou que la police ne remontent leurs complicités en exploitant leur répertoire par exemple. Autant de méthodes compulsées dans de nombreux textes par exemple un manuel pratique disponible sur le site des éditions Atelier de création libertaire, écrit par des black blocs pour ceux qui voudraient les rejoindre.

Lire aussi - "Ca se radicalise": 1er Mai musclé à Paris

Adoptée par la gauche la plus contestataire, la mouvance black bloc a forgé sa réputation à force d'affrontements. L'exemple le plus marquant a été le contre-sommet de l'OMC de 1999 à Seattle, lors duquel les manifestants ont réussi pour la première fois à bloquer un sommet international. Un film a même été tiré de ces événements, Bataille à Seattle (voir la bande annonce). Depuis, en 2001 à Gênes (G8), 2009 à Strasbourg, 2017 à Hambourg, et, donc, mardi à Paris, notamment, le black bloc a continué à faire parler de lui. Et continuera de le faire.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Le black bloc est un groupe affinitaire plus qu'un mouvement politique au sens classique.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-