Manifestations contre la loi Travail: des violences "insupportables" pour Manuel Valls

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 13 mai 2016 - 15:40
Image
Affrontements entre policiers et casseurs place de la Nation.
Crédits
©Dominique Faget/AFP
Les manifestations contre la loi Travail (ici le 28 avril à Paris) ont régulièrement été perturbées par des casseurs.
©Dominique Faget/AFP
Les manifestations de jeudi contre la loi Travail et le recours du gouvernement à l'article 49-3 ont de nouveau connu des violences, dénoncées vendredi par Manuel Valls. Le Premier ministre a également fait part de son soutien aux policiers et gendarmes, dont 18 ont été blessés au cours de ces heurts.

Le Premier ministre Manuel Valls a qualifié ce vendredi 13 d'"insupportables" les violences qui ont émaillé les manifestations d'opposants à la loi travail et au recours au 49-3 jeudi, estimant que "ceux qui cassent" doivent trouver une "réponse très ferme" à leurs actes.

Il a par ailleurs exprimé, en marge d'une visite de chantier à Orly, son "soutien" aux policiers et aux gendarmes qui ont "l'esprit de sacrifice" et refusé toute "mise en cause des forces de l'ordre (...) qui ont des inspections générales à chaque fois qu'il y a un doute, une mise en cause".

"Ce qui est insupportable, ce sont les casseurs, ceux qui détruisent des biens publics, qui détruisent des permanences de parlementaires", a-t-il poursuivi. "Nous sommes dans une démocratie où chacun peut s'exprimer librement dans la rue alors que nous faisons face à une menace terroriste, que nous connaissons la mise en œuvre de l'état d'urgence", a-t-il ajouté.

"Plusieurs interpellations ont eu lieu et je ne doute pas que la justice fera son travail. Cela a été vrai à Paris, au Havre, à Rennes ou à Nantes", a-t-il précisé. "Ceux qui cassent doivent trouver une réponse très claire et très ferme de la part du gouvernement", a-t-il estimé appelant aussi, sans autre précision, "certains à sortir de l'ambiguïté et à condamner avec la plus grande fermeté ceux qui s'en prennent à l'ordre républicain".

Des dizaines de milliers d'opposants à la loi travail et au recours au 49-3 ont manifesté jeudi dans toute la France, lors de rassemblements parfois émaillés de violences, en particulier à Paris, Nantes ou Toulouse.

Selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, des "heurts, parfois très violents, dus à une minorité d'activistes, ont (...) été constatés dans la capitale et en province". "Au total 18 policiers, gendarmes et militaires ont été blessés", 12 en province et 6 à Paris, selon lui.

Aucun bilan équivalent n'était disponible côté manifestants. Sur un total de 82 interpellations, 75 ont été menées en province et 7 à Paris, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

 

À LIRE AUSSI

Image
Des CRS lors d'une manifestation.
Manifestation: un syndicat de police dénonce les consignes de non-intervention
Le syndicat Alliance s'interroge sur les consignes de non-intervention reçues face aux casseurs lors des manifestations contre la loi Travail et en marge du mouvement ...
05 mai 2016 - 17:41
Société
Image
Interpellation d'un manifestant contre le projet de loi Travail.
Violences pendant les manifestations: la stratégie de maintien de l'ordre est-elle la bonne?
Alors que les violences se multiplient lors des manifestations contre la loi Travail, de nombreuses questions se posent quant à la stratégie de maintien de l'ordre ado...
04 mai 2016 - 22:37
Société
Image
CRS manifestation contre la loi travail
Violences: le syndicat Alliance appelle à manifester contre "la haine anti-flic"
Alors que les manifestations contre la loi Travail sont marquées depuis près de deux mois par de nombreux affrontements, le syndicat majoritaire des gardiens de la pai...
04 mai 2016 - 16:19
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.