Manuel Valls s'en prend à Nicolas Sarkozy et à une gauche "puérile"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Manuel Valls s'en prend à Nicolas Sarkozy et à une gauche "puérile"

Publié le 11/09/2016 à 16:10 - Mise à jour à 16:18
©Lilian Auffret/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Invité du "Grand rendez-vous" Europe 1/iTELE/"Les Echos", Manuel Valls a accusé ce dimanche Nicolas Sarkozy de "faire le travail" du Front national, avant de s'en prendre également aux frondeurs qui se sont affichés ce week-end à la Fête de l'Huma et à La Rochelle, qualifiant leur comportant de "puéril, irresponsable".

 Manuel Valls a poursuivi ce dimanche 11 la charge de François Hollande contre Nicolas Sarkozy, l'accusant de "faire le travail" du Front national, en fustigeant également une gauche "puérile" dont les ambitions présidentielles multiples se sont affichées à la Fête de l'Humanité et à La Rochelle. Invité du Grand rendez-vous Europe 1/iTELE/Les Echos, le Premier ministre a apporté sa pierre à ce qui semble être la stratégie au sommet de l'Etat pour préparer 2017: cibler Nicolas Sarkozy à l'approche de la primaire à droite. Et tenter de décrédibiliser les rivaux à gauche, de Jean-Luc Mélenchon à Arnaud Montebourg, en passant par Benoît Hamon et Cécile Duflot. Sans compter Emmanuel Macron.

Le chef du gouvernement a attaqué une gauche "divisée, fracturée" dont "le seul but à la fête de l'Humanité ou à la Rochelle est d'empêcher François Hollande d'être candidat ou de le battre à la primaire". "Face aux enjeux (...) je trouve ça puéril, irresponsable", a-t-il attaqué à près de huit mois du premier tour de la présidentielle. Alors que certains l'accusent de se préparer au cas où François Hollande renoncerait à se porter candidat à un second mandat, Manuel Valls a de nouveau juré de sa loyauté au président, et "d'abord aux Français". "Je ne suis pas suppléant, je ne suis pas recours, je suis Premier ministre", a-t-il dit.

Mais, comme François Hollande jeudi 8 lors d'un discours aux airs d'entrée en campagne salle Wagram, c'est surtout Nicolas Sarkozy que le Premier ministre a attaqué. Il a même théorisé cette offensive, qui épargne plutôt Alain Juppé, François Fillon et les cinq autres candidats à la primaire: "quel que soit le résultat de la primaire, il (Nicolas Sarkozy) a imprimé cette élection primaire, cette élection présidentielle à droite, par ses propositions et son agenda" et "une grande partie" de la droite en a été "gangrenée". "On n'entend pas Marine Le Pen, elle n'a pas besoin de s'exprimer. Une partie de la droite par ses propositions, la remise en cause de l'Etat de droit (...), par sa volonté en permanence de stigmatiser ici les pauvres, là nos compatriotes musulmans, là les migrants, fait le travail à la place de l'extrême-droite", a-t-il accusé.

En matière de lutte contre le terrorisme, Manuel Valls a comparé Nicolas Sarkozy à l'ex-président américain George W. Bush. Dans une interview au Journal du Dimanche, le président du parti Les Républicains (LR) prône notamment d'"adapter l'Etat de droit à la réalité de la menace". "Nous sommes le 11 septembre (quinzième anniversaire des attentats d'Al Qaïda qui ont fait près de 3.000 morts). La réponse à l'époque (du) +Patriot Act+ (...) n'a pas mis à l'abri les Etats-Unis de la menace et des actes terroristes", a-t-il dit. Pour le chef du gouvernement, l'ancien chef de l'Etat "se trompe sur la forme en faisant croire aux Français, et de manière terrible, qu'avec lui, au fond, il n'y aurait plus d'attentats".

Parlant d'une menace "maximale", avec des attentats déjoués "tous les jours" et environ 15.000 radicalisés, Manuel Valls a insisté sur les mesures déjà prises et amorcé l'annonce d'un plan pénitentiaire, avec la création de "10.000 places dans les dix ans" en prison, notamment pour des cellules individuelles et "unités dédiées" pour les radicalisés. "Après Hollande, Macron, Le Pen et les autres, Valls prend pour cible Nicolas Sarkozy. C'est bon signe!", s'est exclamé le député Eric Ciotti, un des lieutenants de Nicolas Sarkozy, sur Twitter.

Sur le plan économique, le Premier ministre a aussi accusé la droite de "mentir" en matière d'annonces et des effets des coupes budgétaires massives. Et sur un sujet industriel sensible en pleine campagne électorale, Manuel Valls a condamné la décision "inacceptable" d'Alstom de fermer son site de Belfort. Son évocation de la lutte contre la pauvreté comme "l'une des grandes questions du quinquennat à venir" lui a valu un tweet cinglant de l'ex-compagne de François Hollande. "Quel aveu @manuelvalls. Rien n'a été fait sous ce quinquennat pour les 8 M de pauvres. Peut être la prochaine fois", a dit Valérie Trierweiler, désormais marraine du Secours Populaire.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Sur le plan économique, le Premier ministre a aussi accusé la droite de "mentir" en matière d'annonces et des effets des coupes budgétaires massives.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-