[MAJ] Marine Le Pen à Reims: bloquée dans la cathédrale, la candidate du FN a dû être exfiltrée sous la pression des manifestants (vidéo)

[MAJ] Marine Le Pen à Reims: bloquée dans la cathédrale, la candidate du FN a dû être exfiltrée sous la pression des manifestants (vidéo)

Publié le :

Vendredi 05 Mai 2017 - 12:55

Mise à jour :

Vendredi 05 Mai 2017 - 14:59
©Office du Tourisme de Reims
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

En déplacement pourtant surprise à Reims, Marine Le Pen a été accueillie par une foule en colère ce vendredi. Mise à jour 14h20. En début d'après-midi, les images de l'exfiltration discrète ont été diffusées par LCP.

La visite surprise n'a pas empêché la mobilisation des opposants. Un déplacement de Marine Le Pen à la cathédrale de Reims annoncé à la dernière minute, ce vendredi 5, a été perturbé par des opposants qui scandaient des slogans hostiles à la candidate frontiste. Une foule compacte composée notamment de militants de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon et du mouvement d'Emmanuel Macron, En Marche.

La finaliste de la présidentielle 2017 est arrivée aux alentours de midi dans la cathédrale Notre-Dame de Reims en compagnie de Nicolas Dupont-Aignan, censé devenir Premier ministre en cas de victoire du FN dimanche 7, ou encore son numéro deux Florian Philippot. Sauf que ce déplacement surprise avait beau avoir été annoncé à la toute dernière minute et ne pas figurer à son agenda, l'information n'ayant filtré que ce vendredi matin, une foule "en colère" d'environ 200 opposants était massée devant la grille de l'église selon France Bleu Champagne-Ardenne.

Marine Le Pen a été accueillie sous les invectives et les jets d'oeufs de manifestants. La prétendante à l'Elysée a ainsi été bloquée de longues minutes à l'intérieur du bâtiment. Florian Philippot a rapidement quitté la cathédrale vers 12h30, toujours sous les quolibets et les sifflets. Il était encadré par les forces de l'ordre.

La visite surprise a ensuite été écourtée pour tout le monde, LCP révélant vers 14h que la candidate FN était sortie en catimini par une porte dérobée, encadrée par son service de sécurité. "T'es pas chez toi, casse-toi d'ici" a crié un homme sur son passage.

Les membres du FN, et la candidate elle-même, se sont indignés après cette fronde en exprimant leur colère sur les réseaux sociaux, mettant tout sur le dos des macronistes.

De nombreux policiers étaient déployés sur place.


Commentaires

-