Marisol Touraine: contre la canicule "les pouvoirs publics sont mobilisés"

Marisol Touraine: contre la canicule "les pouvoirs publics sont mobilisés"

Publié le :

Mardi 30 Juin 2015 - 08:56

Mise à jour :

Mardi 30 Juin 2015 - 08:56
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

Marisol Touraine était l'invité de France Inter, ce mardi matin. En ce premier jour de canicule sur la France, la ministre de la Santé a notamment assuré que les autorités sont "mobilisées" et rappelé les mesures de prévention à adopter pour se protéger de la chaleur.

L'interdiction de fumer dans les aires de jeu

"Il faut tout faire pour protéger les enfants".

"J'ai rencontré des parents choqué de voir leurs enfants trouver des mégots dans certaines aires de jeu".

"C'est une mesure de bon sens déjà appliquée dans certaines villes et qui va l'être très rapidement sur la totalité du territoire".

"Cela fait partie d'un plan d'ensemble qui vise à faire en sorte que les enfants qui naissent aujourd'hui soient la première génération de non-fumeurs. Le tabac tue 78.000 personnes en France par an".

 

L'interdiction du vapotage dans les bureaux

"Ce sera dans quelques semaines".

"La priorité c'est vraiment le tabac, d'éviter que le geste de fumer soit banalisé".

"Il y aura l'année prochaine la mise en place du paquet neutre, une étape décisive à partir du premier mai (2016, NDLR)".

"Il vaut mieux vapoter que fumer. Il vaut mieux +ne rien faire+, ne pas commencer le tabac que vapoter".

"Cette pratique (vapoter, NDLR) sera encadrée, pas interdite. Des pays l'ont interdite".

 

La canicule

"C'est un moment où les effectifs sont au complet, ou quasi au complet dans les hôpitaux. Mais l'objectif c'est qu'il y ait le moins de personnes possibles dans les hôpitaux".

"Nous avons déclenché toute une série de mesures pour informer la population: une plateforme téléphonique pour donner des conseils aux individus, aux collectivités, aux maisons de retraites. J'ai activé le service d'urgence du ministère de la Santé qui permet d'avoir une vision précise des besoins sur le territoire".

"Si les pouvoirs publics sont mobilisés, il appartient à chacun d'entre nous de se mobiliser aussi, d'être attentif à son voisin, à ses proches, aux gens que l'on rencontre. Par exemple aux SDF car la chaleur fait autant de mal que le froid".

"Il y a des personnes pour qui cela (la canicule, NDLR) va représenter un risque: ceux qui vivent dans la rue, les malades, les femmes enceintes, les jeunes enfants. Ceux aussi qui travaillent à l'extérieur, j'appelle donc les entreprises à réorganiser leur temps de travail lorsque c'est possible car c'est très dur de travailler en plein soleil".

 

Le plan canicule va-t-il être déclenché?

"Nous adaptons le plan d'alerte canicule à la réalité de chaque territoire en fonction des informations que nous transmet Météo France".

"Cela permet aux maisons de retraite par exemple d'avoir des consignes précises".

"Il y a des mesures simples à prendre partout: boire même lorsque l'on n'a pas soif, se rafraîchir le corps, s'installer dans une pièce climatisée ou rafraîchie plusieurs heures par jour".

"Ces mesures simples de prévention il faut les appliquer dès aujourd'hui".

 

Les hôpitaux sont-ils prêts, contrairement à la canicule de 2003, qui avait fait 20.000 morts?

"Cet épisode de 2003 reste un moment qui a frappé notre mémoire collective nous avons mis en place les plans canicule pour que cela ne puisse plus intervenir. Il faut anticiper".

"Il n'y a pas simplement une question d'effectifs, mais que certaines personnes s'étaient précipité aux urgences car c'était le seul lieu où elles étaient sûres d'être reçues".

"Dans les maisons de retraite il est souhaitable de faire d'abord appel aux médecins généralistes du secteur et de ne pas envoyer les résidents systématiquement dans les services d'urgence à la première alerte".

"Lorsque l'on est âgé ou malade, il faut être attentif".

 

Faut-il réformer les 35h à l'hôpital? Approuve-t-elle les méthodes de Martin Hirsch à l'APHP (hôpitaux de Paris, NDLR)?

"L'organisation du travail, les conditions de travail dans un hôpital, et à l'APHP comme ailleurs, peuvent évidemment, doivent parfois faire l'objet de discussions".

"A l'APHP, personne ne conteste qu'il y a des organisations, cela dépend des services, qui ne sont pas optimales. C'est ce qu'a engagé Martin Hirsch par le dialogue. Il a fait des propositions qui ont été refusées, il a fait de nouvelles propositions".

"Certains syndicats sont prêts à discuter, à débattre. Je souhaite que le dialogue s'engage".

"Je suis certaine que Martin Hirsch saura, avec les organisations syndicales, trouver le chemin d'un dialogue nécessaire et apaisé".

 

"Il appartient à chacun d'entre nous de se mobiliser", contre la canicule a déclaré Marisol Touraine.

Commentaires

-