Mélenchon accusait l'extrême droite des dégradations du 1er mai, il reconnaît s'être trompé

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 02 mai 2018 - 14:59
Image
Jean-Luc Mélenchon, leader de la France Insoumise, le 23 janvier 2018 à l'Assemblée nationale, à Paris
Crédits
© Philippe LOPEZ / AFP/Archives
Jean-Luc Mélenchon a reconnu avoir accusé à tort l'extrême droite.
© Philippe LOPEZ / AFP/Archives
Jean-Luc Mélenchon avait publié sur son compte Twitter un post indiquant que les dégradations survenues à Paris en marge de la manifestation étaient sans doute l'oeuvre de l'extrême droite. Il a reconnu s'être trompé ce mercredi sur BFMTV, tout en "taclant" les black blocs au passage.

Il a reconnu avoir parlé (ou plutôt twitté) un peu trop vite. Le député des Bouches-du-Rhône  et fondateur de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a reconnu sur BFMTV ce mercredi 2 au matin avoir accusé à tort l'extrême droite pour les dégradations commises en marge du défilé du 1er mai à Paris.

Petit rappel: mardi 1er mai, un nombre conséquents de casseurs (la préfecture de police a évoqué le chiffre de 1.200) se joignent à la manifestation et mettent le feu à un fast-food et quelques véhicules.

A 17h20, Jean-Luc Mélenchon twitte: "Insupportables violences contre la manifestation du premier mai. Sans doute des bandes d'extrême droite. #1erMai".

Le message a rapidement été reproché à Jean-Luc Mélenchon tant il apparaissait évident aux observateurs que les black blocs , mouvement d'ultra gauche, étaient à l'œuvre. Venus en masse bien visible en tête de cortège, les casseurs arboraient un look –vêtus de noirs, le visage couvert d'une capuche et d'un masque– ne laissant guère de doute sur leur nature.

Lire aussi - Manifestation du 1er mai: les black blocs dans le box des accusés

Ce matin, le patron de la France insoumise a donc fait donc son mea culpa. Livrant au passage quelques explications. Il était "dans un train". Or, "comme en ce moment, des violences d'extrême droite, il y en a partout et que ça n'a l'air d'intéresser personne des importants de l'Etat, je me suis dit: «Des gens qui empêchent une manif du 1er-Mai d'avoir lieu, c'est des fachos»".

Le député en a aussi profiter pour critiquer l'action des black blocs –"des fils à papa" occupés à "péter les vitrines de McDo" selon lui– en dénonçant ce type d'action. "Quand vous serez allé en taule, quand vous aurez un casier judiciaire, vous servirez à quoi pour la lutte? À rien" , a conclu Jean-Luc Mélenchon.

À LIRE AUSSI

Image
Le Black blocà Paris, manifestation violente.
Manifestation du 1er mai: les black blocs dans le box des accusés
La France semble redécouvrir les "black blocs" après qu'ils aient fait déraper la manifestation du 1er mai de mardi. Cette mouvance est pourtant active de longue date,...
02 mai 2018 - 14:12
Politique
Image
Le préfet de police de Paris Michel Delpuech à Paris, le 22 décembre 2017
"Black blocs" au défilé du 1er Mai: "On ne pouvait pas intervenir"
Le préfet de police de Paris Michel Delpuech a expliqué mardi soir que les forces de l'ordre "ne pouvaient pas intervenir" pour stopper les violences en marge du défil...
01 mai 2018 - 22:14
Image
Un palais de justice.
Nantes: prison ferme pour 3 manifestants "casseurs" suite à des violences contre la police
Trois des dix manifestants interpellés en marge d'une manifestation contre les violences policières, samedi 21 à Nantes, ont été jugés en comparution immédiate lundi 2...
24 février 2015 - 09:21
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don