Jean-Luc Mélenchon à la tête de l'opposition à la réforme du travail: une "chance" estime Emmanuel Macron

Jean-Luc Mélenchon à la tête de l'opposition à la réforme du travail: une "chance" estime Emmanuel Macron

Publié le :

Jeudi 31 Août 2017 - 15:51

Mise à jour :

Jeudi 31 Août 2017 - 16:09
Emmanuel Macron estime que la position de Jean-Luc Mélenchon en tant que leader de l'opposition à la réforme du Code du travail est une "chance". Selon "Le Canard Enchainé" de mercredi, le président pense qu'il sera un "rival des syndicats".
© bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

Romain Philips

-A +A

Selon Le Canard Enchainé du mercredi 30, le président de la République Emmanuel Macron se réjouit du comportement de Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise, qui prend la tête de l'opposition contre la réforme du travail.

Même si le discours du député de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, qui a appelé dimanche 27, à Marseille, à "déferler" sur Paris contre le "coup d'Etat social" aurait pu effrayer le président, il n'en est rien. Emmanuel Macron se serait d'ailleurs réjoui de la position de Jean-Luc Mélenchon:"C'est une chance pour nous que Mélenchon prenne la tête de l'opposition à la réforme du travail. Il se pose en rival des syndicats, qui vont se sentir dépossédés".

Une pensée que la ministre du Travail partage avec le chef de l'Etat puisque, toujours selon le Canard, Muriel Pénicaud se serait félicitée des "divergences qui sont apparues sur la réforme entre la CGT et la France insoumise".

L'entourage du président non plus ne s'inquièterait guère des manœuvres de la France insoumise. Interrogé par Le Monde, Arnaud Leroy, l'un des trois dirigeants de La République en Marche, a déclaré:"On entend beaucoup Mélenchon et les insoumis, c'est vrai, mais pour quel résultat? Leur happening politique permanent va finir par lasser les Français". Une position partagée par le sénateur François Patriat:"L'opposition de La France insoumise est théâtrale, grandiloquente, bruyante. Cela peut plaire à certains, mais en réalité, ça n'a guère d'efficacité".

En effet, le désaccord a l'air de persister entre le syndicat et le parti politique puisque, interrogé sur LCI ce jeudi, Philippe Martinez, secrétaire général de la Confédération générale du travail, a habilement évité la question de la journaliste à propos de sa présence le 23 septembre (date de la manifestation de la France Insoumise). Le leader de la CGT a préféré camper sur ses positions et insister sur la manifestation syndicale qui aura lieu le 12 septembre.

Emmanuel Macron estime que la position de Jean-Luc Mélenchon à la tête de l'opposition contre la réforme du travail est "une chance".


Commentaires

-