#MeToo: Jean Lassalle dénonce "les hommes hypocrites qui font les impuissants" face aux femmes (vidéo)

#MeToo: Jean Lassalle dénonce "les hommes hypocrites qui font les impuissants" face aux femmes (vidéo)

Publié le :

Mardi 06 Mars 2018 - 11:29

Mise à jour :

Mardi 06 Mars 2018 - 11:39
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Pour Jean Lassalle, le mouvement de libération de la parole des femmes victimes de harcèlement et d'agressions sexuels est porté par des hommes "hypocrites qui font les impuissants" face aux femmes. "Aujourd'hui tu n'as pas le droit d'avoir la moindre sensation face à une femme", a-t-il expliqué sur Paris Première.

"Je suis un homme qui aime les femmes", a expliqué sur le plateau de La revue de presse sur Paris Première lundi 5 le député Jean Lassalle qui était interrogé sur sa vision du mouvement de libération de la parole des femmes suite à l'affaire Weinstein. Le député des Pyrénées-Atlantiques a dénoncé les mouvements #MeToo et #BalanceToPorc en fustigeant les hommes "hypocrites qui font les impuissants" face aux femmes.

"Aujourd'hui tu n'as pas le droit d'avoir la moindre sensation face à une femme car tu risques une dénonciation et d'aller en taule", a-t-il justifié pour étayer ses propos. Le tout avant de se mettre à chanter lez refrain de la chanson de Michel Polnareff Je suis un homme.

Jean Lassalle est accusé d'agression sexuelle par Julia Castanier, directrice de la communication du PCF, du temps où elle officiait comme attachée parlementaire. "J’avais 25 ans et j’étais attachée parlementaire. En allant vers l’hémicycle, Jean Lassalle m’a mis une main aux fesses. #Balancetonporc", a-t-elle fait savoir.

Lire aussi - Jean Lassalle "surpris" et "révolté" après les accusations de harcèlement sexuel

Un comportement nié par l'ancien candidat à l'élection présidentielle. "Je ne connais pas cette dame. Je ne me souviens pas de cet épisode. Je suis quelqu’un de truculent, de tactile, mais je sais faire la différence entre une main sur un bras que je reconnais poser aussi bien sur les hommes que sur les femmes et une main au cul, je m’en souviendrais!", a déclaré à Sud-Ouest le député des Pyrénées-Atlantiques.

Egalement accusé par une journaliste d'avoir voulu l'embrasser de force et par une députée de lui avoir proposé de prendre une douche alors qu'ils s'étaient croisés dans les vestiaires mixtes de l'Assemblée nationale, il a reconnu être parfois "maladroit" mais a martelé que "ces gestes" n'étaient pas son genre: "Je l'ai trop vu faire".

Jean Lassalle estime "aujourd'hui tu n'as pas le droit d'avoir la moindre sensation face à une femme".


Commentaires

-