Métropole Grand Paris: Patrick Ollier, favori de Sarkozy, investi par les élus LR

Métropole Grand Paris: Patrick Ollier, favori de Sarkozy, investi par les élus LR

Publié le :

Mercredi 13 Janvier 2016 - 10:43

Mise à jour :

Mercredi 13 Janvier 2016 - 10:51
Les députés LR Patrick Ollier, soutenu par Nicolas Sarkozy, et Gilles Carrez, par NKM, s'affrontaient mardi pour l'investiture à l'élection du président de la nouvelle Métropole du Grand Paris, promise à leur parti. C'est le champion de l'ancien président qui l'a emporté.
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

L'affrontement, très républicain, cachait un duel à distance. Le député-maire de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) Patrick Ollier, soutenu par Nicolas Sarkozy, a battu son "ami" Gilles Carrez, député-maire du Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne) appuyé par Nathalie Kosciusko-Morizet, lors de la primaire organisée mardi 12 afin de les départager pour la candidature à la présidence de la Métropole du Grand Paris (MGP). Une victoire confortable, par 51 voix (58%) contre 37 (42%).

Les élus LR de la MGP ont été nombreux à participer au vote, 88 sur un total 93, organisé mardi soir au siège parisien du parti. Une désignation surprise tant Nicolas Sarkozy se faisait fort il y a encore quelques semaines de persuader Gilles Carrez de se désister. Il n'en a rien été et les deux hommes ont donc dû en passer par les urnes.

Le vote s'est déroulé dans une atmosphère sereine, tout comme l'annonce du résultat. "Gilles Carrez était mon ami et il le reste. Je lui ai demandé de travailler avec moi dans la construction de la Métropole. Il en est d'accord", a ainsi déclaré au Figaro Patrick Ollier mardi soir, promettant d'agir avec "diplomatie" et "autorité" pour bâtir une "gouvernance plurielle" à la tête de la MGP. Le battu Gilles Carrez devrait recevoir en guise de lot de consolation la première vice-présidence de la MGP, selon Le Point. Un partisan d'Ollier en a également profité pour souligner qu'un soutien de Nicolas Sarkozy serait ainsi "plus porteur aujourd'hui" que celui de NKM, débarquée de la direction de LR par l'ancien président à la mi-décembre.

La présidence de la MGP, scrutin prévu le 22 janvier, est considérée comme à coup sûr acquise à la droite, majoritaire dans ce conseil métropolitain de 209 conseillers. Avec 93 sièges (44,5%), le groupe LR y est par ailleurs le plus fort.

Le groupe UDI-MoDem (25 sièges, 12%) présentera de son côté la candidature du député-maire d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) André Santini. Le maire UDI de Sceaux (Hauts-de-Seine), Philippe Laurent, a pour sa part fait acte de candidature en cavalier seul. Dans un communiqué, il a proposé lundi que "tous les candidats déclarés à la présidence de la métropole se retrouvent à l'occasion d'un débat public pour échanger sur les idées clés pour réussir la Métropole: Quels projets? Quelle ambition? Quelle place pour les habitants?".

La MGP, qui a vu le jour le premier janvier de cette année, regroupe 131 communes et plus de 7 millions d'habitants: Paris, les 123 communes des départements de la petite couronne, une commune du Val-d'Oise (Argenteuil) et six de l'Essonne, qui seront rassemblées en 12 territoires remplaçant les agglomérations déjà existantes.

 

Un partisan d'Ollier a jugé le soutien de Nicolas Sarkozy "plus porteur" que celui de Nathalie Kosciusko-Morizet.


Commentaires

-