Migrants à Calais: Gérard Collomb annonce encore plus de policiers sur place

Migrants à Calais: Gérard Collomb annonce encore plus de policiers sur place

Publié le :

Mardi 06 Juin 2017 - 11:30

Mise à jour :

Mardi 06 Juin 2017 - 11:36
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé l'envoi ce mardi de renforts de forces de l'ordre à Calais pour "réprimer les atteintes à l'ordre public et lutter contre les filières de passeurs". Ce sont quelque 150 policiers et gendarmes supplémentaires qui seront déployés dans la ville des Hauts-de-France.
© FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Gérard Collomb a choisi la carte du tout répressif. Dans une interview au Parisien lundi 5, le ministre de l'Intérieur a dévoilé les grandes lignes de son action et notamment sur les migrants de Calais. Il a annoncé d'emblée l'envoi "de 150 policiers et gendarmes" supplémentaires sur places pour renforcer l'action des forces de l'ordre ce mardi 6. Leur mission principale sera "de réprimer les atteintes à l'ordre public et lutter contre les filières de passeurs".

Quant aux migrants et réfugiés eux-mêmes, "les personnes qui demandent l'asile ont évidemment vocation à être prises en charge dans la dignité. Celles qui sont en situation irrégulière doivent, en revanche, être éloignées. Enfin, celles dont la demande d'asile relève d'un autre Etat membre doivent être réadmises dans cet Etat", a expliqué l'ancien maire de Lyon.

Au niveau des objectifs, le ministre de l'Intérieur a expliqué que la priorité, "c'est que Calais et le Dunkerquois ne demeurent pas des lieux de fixation et que les +jungles+ ne s'y reconstituent pas". Et d'ajouter:  "J'ai eu l'occasion de m'entretenir avec les élus locaux, j'ai entendu leurs inquiétudes et je veux dire aux habitants de tous ces territoires qu'ils ne sont pas oubliés".

Toujours selon le ministre, la meilleur solution pour éviter un afflux de migrants à Calais "est de tarir les flux d'arrivées. Le plus important est celui des déboutés du droit d'asile dans les pays voisins. Les demandes d'asile, en France, sont par ailleurs traitées dans des délais trop longs. Nous voulons les ramener à six mois".

François Guennoc, le président de l'association l'Auberge des migrants, cité par France 3, il y aurait actuellement "entre 400 et 450 migrants" à Calais. Il dénonce par ailleurs "une pression policière accrue et des entraves aux distributions alimentaires ces derniers jours".

Le ministre de l'Intérieur a expliqué que la priorité, "c'est que Calais et le Dunkerquois ne demeurent pas des lieux de fixation".


Commentaires

-