Mort de Rémi Fraisse: les lycéens manifestent, Bernard Cazeneuve interdit les grenades offensives

Mort de Rémi Fraisse: les lycéens manifestent, Bernard Cazeneuve interdit les grenades offensives

Publié le :

Jeudi 13 Novembre 2014 - 19:37

Mise à jour :

Vendredi 14 Novembre 2014 - 08:43
Plusieurs centaines de lycéens parisiens ont manifesté jeudi en mémoire de Rémi Fraisse, le militant écologiste tué près du barrage de Sivens par une grenade offensive. Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'interdiction, désormais, de ces grenades par les forces de l'ordre.
©Capture d'écran BFMTV
PARTAGER :
-A +A

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé jeudi l’interdiction des grenades offensives pour les forces de l'ordre. C'est l'une de ces grenades qui a tué Rémi Fraisse, lors d'une manifestation contre le barrage de Sivens (Tarn) le 26 octobre.

Deux jours après le drame, M. Cazeneuve avait annoncé la suspension de l’utilisation de ces grenades offensives dans les opérations de maintien de l’ordre.

Jeudi, il est allé plus loin en annonçant leur interdiction. "La mort de Rémi Fraisse par l’effet direct d’une grenade offensive pose clairement la question de leur maintien en service dans la gendarmerie qui en est seule dotée. Parce que cette munition a tué un jeune garçon de 21 ans et que cela ne doit plus jamais se produire, j’ai décidé d’interdire l’utilisation de ces grenades dans les opérations de maintien de l’ordre", a déclaré le ministre en fin d'après-midi, lors d’une conférence de presse, après le rapport d’une enquête administrative qui lui a été transmis.

Dans la matinée, M. Cazeneuve avait affirmé que "les rapports qui (lui) ont été communiqués disent que les règles d'usage de la grenade offensive tirée ont été respectées et que la grenade a été tirée à côté du groupe (dans lequel était Rémi Fraisse, NDLR)". "A ma connaissance, il n'y a pas eu de bavure", avait-il ajouté sur France-Inter.

Selon RTL, les juges d'instruction en charge de l'enquête sur la mort de Rémi Fraisse doivent entendre les gendarmes ayant encadré le service d'ordre de la manifestation où le jeune homme a trouvé la mort. Le but de cette audition sera de déterminer si Rémi Fraisse a été volontairement visé par le tir de la grenade offensive qui lui a été fatal.

Par ailleurs plusieurs centaines de lycéens parisiens ont manifesté ce jeudi, en mémoire du jeune militant écologiste décédé, et une dizaine d'établissements ont été bloqués.

"Non à la répression et aux expulsions", "Rémi on ne t'oublie pas", "Lutte contre la violence institutionnelle" ou "Violence? Non merci", pouvait-on lire sur les banderoles des lycéens, qui ont manifesté dans les rues de la capitale, notamment dans le quartier de la place de la Nation.

(Voir ci-dessous les manifestations des lycéens parisiens):

 

Bernard Cazeneuve jeudi après-midi, lors de sa conférence de presse annonçant l'interdiction des grenades offensives.


Commentaires

-