Municipales à Paris: les candidats LREM se bousculent pour l'investiture

Municipales à Paris: les candidats LREM se bousculent pour l'investiture

Publié le :

Lundi 11 Mars 2019 - 16:29

Mise à jour :

Lundi 11 Mars 2019 - 16:56
© LUDOVIC MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

L'ambiance reste tendue entre les différents candidats LREM à l'investiture pour le poste de maire de Paris. Déjà quatre d'entre eux se sont déclarés, et l'hypothèse d'un Benjamin Griveaux soutenu par l'exécutif perturbe la donne.

Rien ne va plus à La République en Marche concernant la désignation du candidat qui représentera le parti majoritaire aux élections municipales à Paris.

Outre la multiplication des candidatures officielles, la présence de prétendants officieux ou encore les réponses plus que vagues sur les modalités de désignationss'est ajouté un traitement apparemment inégal des candidatures par l'exécutif.

Le Monde et Le Parisien avaient en effet affirmé que Mounir Mahjoubi avait été sévèrement recadré par Edouard Philippe (une simple discussion selon le secrétaire d'Etat au Numérique) après avoir annoncé sa candidature.

Cédric Villani, qui a annoncé être "candidat à la candidature", n'aurait pas eu droit au même traitement. "Je ne me suis pas fait taper sur les doigts. J'ai prévenu le président en octobre. (...)Il n'a pas commenté", a déclaré le mathématicien et député de l'Essonne sur Europe 1. Il faut dire que c'est surtout pour ne pas avoir prévenu Matignon et l'Elysée tandis qu'il aurait été réprimandé tandis que Cédric Villani  assure avoir informé Emmanuel Macron avant de révéler ses ambitions dans un entretien au Journal du Dimanche, dès octobre dernier.

Voir: Mahjoubi (LREM) officialise sa candidature aux municipales à Paris

Ils sont donc déjà quatre à s'être déclarés. Deux figures connues du parti et deux élus locaux: l'adjointe au maire du 4e arrondissement Anne Lebreton et le sénateur de Paris Julien Bargeton. Ce qui serait déjà assez pour risquer d'écorner une image d'unité, même si ne se posait pas l'épineuse question Benjamin Griveaux.

Selon plusieurs sources au sein de la majorité, Benjamin Griveaux pourrait choisir de quitter le porte-parolat du gouvernement avant même les européennes, pour se concentrer sur sa campagne municipale. Cette démonstration d'assurance irrite ses rivaux, qui l'accusent d'avoir mis sous sa coupe l'appareil parisien et vouloir court-circuiter le processus.

L'évocation d'une décision de la  commission nationale d'investiture (CNI) avant même les européennes avait renforcé cette idée de passage en force au profit de Benjamin Griveaux et de l'existence d'un candidat favorisé par l'exécutif.  La décision devrait finalement être prise en juin. Le vice-président de l'Assemblé nationale et député LREM de Paris Hughes Renson pourrait également être de la partie.

Lire aussi:

Municipales à Paris: tractations et pics de tension à La République en marche

L'hypothèse Benjamin Griveaux perturbe un peu plus les candidatures LREM pour la mairie de Paris.


Commentaires

-