Nicolas Hulot, Agnès Buzyn et Elisabeth Borne en visite dans la vallée de l'Arve dont l'air pollué inquiète

Particules fines

Nicolas Hulot, Agnès Buzyn et Elisabeth Borne en visite dans la vallée de l'Arve dont l'air pollué inquiète

Publié le :

Vendredi 29 Septembre 2017 - 14:55

Mise à jour :

Vendredi 29 Septembre 2017 - 16:07
Ce vendredi, trois ministres sont en déplacement dans la vallée de l'Arve, en Haute-Savoie. Nicolas Hulot, Agnès Buzyn et Elisabeth Borne se rendent à Chamonix pour trouver des solutions au problème de qualité de l'air récurrent.
©State Department/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Ce vendredi 29 Nicolas Hulot, Agnès Buzyn et Elisabeth Borne sont en déplacement dans la vallée de l'Arve en Haute-Savoie. Les ministre de l'Ecologie, de la Santé et des Transports sont en visite à Chamonix pour discuter, et trouver des solutions, au problème de qualité d'air qui touche le territoire de manière récurrente.

Nicolas Hulot, alors loin de la politique, avait d'ailleurs manifesté à cet endroit pour que les pouvoirs publics agissent. Des pics de pollution surviennent fréquemment à cause du trafic routier: 550.000 poids lourds traversent la vallée chaque année selon Franceinfo, en plus de la présence d'industries polluantes comme par exemple un incinérateur à ordures ménagères et des milliers de vieilles cheminées qui se trouvent à des emplacements où les fumées ne se dissipent pas.

Cet hiver, un pic de pollution avait duré plus de trois semaines. Cet été aussi il ya eu trois semaines ou à chaque fois, une alerte à la pollution a l'ozone avait été déclenchée.

Les associations et les services de santé de la vallée attendent beaucoup de la visite des ministres. Frédéric Champly, chef des urgences de l'hôpital de Salanches et lanceur d'alerte dans la région, pense lui qu'il faut "nommer un préfet à la qualité de l'air".

Les particules fines d'oxyde d'azote et d'ozone sont la cause de nombreuses maladies chez les habitants de la vallée. Des morts prématurées ont été recensées à des taux plus élevés que la moyenne nationale. Idem pour les troubles cardio-vasculaires. Mais les enfants aussi sont touchés. Interrogé par Europe 1, le père d'une petite fille de neuf ans a expliqué que les médecins, "spécialistes du cancer", du centre Léon-Berard de Lyon pensaient que la tumeur au cerveau de son enfant était due à la pollution. "Il y en a eu douze le même mois et la même année qui ont eu cette tumeur", a-t-il ajouté.

C'est au pied du Mont-Blanc que les trois ministres vont constater les dégâts de la pollution de l'air.

Commentaires

-