Nicolas Hulot "n'est pas inquiet" sur l'interdiction du glyphosate (vidéo)

Déçu mais...

Nicolas Hulot "n'est pas inquiet" sur l'interdiction du glyphosate (vidéo)

Publié le :

Jeudi 31 Mai 2018 - 14:47

Mise à jour :

Jeudi 31 Mai 2018 - 15:11
Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, bien que "déçu" du rejet des amendements qui visaient à graver dans la loi la sortie du glyphosate en 2021, n'est pas "inquiet" pour autant. Il estime que le pesticide sera bien interdit pour autant dans trois ans.
© BERTRAND LANGLOIS / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Particulièrement discret lors des débats et du vote de la loi Agriculture et Alimentation à l'Assemblée nationale, Nicolas Hulot a, enfin, pris la parole. Invité de l'émission Circuits courts ce jeudi 31 sur Europe 1, le ministre de la Transition énergique a, certes, déploré la non-inscription dans la loi de l'interdiction progressive du glyphoste mais il n'est pour autant pas "inquiet".

"On a un objectif qui n’est pas remis en cause. J’aurais préféré que ce soit inscrit dans la loi mais la seule chose qui compte c’est qu’on le fasse", a-t-il assuré à la radio.  Et d'ajouter: "Avant que j'intervienne l'Europe s'apprêtait à ré-autoriser sans autres prescriptions pour 10 ou 15 ans le glyphosate. Et au niveau de l'Europe, on est passé à 5 ans. Et pour la France, dans 3 ans, on interdit le glyphosate. Qu'est-ce que je peux faire de mieux?".

"Ce qui compte, c'est que cette politique soit réalisée", a-t-il répété, annonçant "lancer un plan d'action pour expertiser toutes les alternatives qui existent au glyphosate". Un plan qu'il compte "confronter avec les partenaires et notamment la FNSEA". Il s'est d'ailleurs félicité que, par son action, le syndicat agricole ait évolué sur la question du pesticide controversé.

Lire - Glyphosate: "Hulot a ma confiance", affirme Macron

Emmanuel Macron a aussi envoyé un signe à Nicolas Hulot, qui a sa "confiance". "Nous avons besoin de son engagement parce que c'est un convaincu", a estimé le président de la République. Et d'ajouter: "Si la France n'était pas là, l'Europe aurait décidé 10 ans pour le glyphosate. (...) Nous avons obtenu cinq ans".

Pour le chef de l'Etat, "la bonne façon de le faire ce n'est pas forcément dans la loi, car on sait qu'il y a 10, 15% des situations où ce n'est pas possible; donc on va responsabiliser tous les acteurs". Il a indiqué qu'il recevrait "en juillet l'ensemble du monde agricole et de la distribution" pour "faire le point sur ce qui a été acté" avant la deuxième lecture à l'Assemblée nationale.

Nicolas Hulot n'est pas "inquiet" quand à l'interdiction du glyphosate.

Commentaires

-