Nicolas Sarkozy: il faut "refonder" le pays

Nicolas Sarkozy: il faut "refonder" le pays

Publié le 27/09/2015 à 17:22 - Mise à jour à 17:25
©Jacques Brinon/AP/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Dans un meeting de soutien à Valérie Pécresse pour les élections régionales dimanche, Nicolas Sarkozy s'est projeté plus loin. Il a estimé que l'opposition, si elle revient au pouvoir au niveau national, devra "faire un effort d'une ampleur inégalée".

"Je ne crois pas possible de réformer notre pays, il faut le refonder", a déclaré dimanche 27 Nicolas Sarkozy, venu soutenir Valérie Pecresse, candidate de son parti aux élections régionales en Ile-de-France, dans un meeting de campagne au Pavillon Baltard à Nogent-sur-Marne (Val de Marne).

Aux côtés de l'ancien chef de l'Etat et président des Républicains, les principaux dirigeants du parti étaient présents à cette réunion qui a rassemblé 4.000 personnes: les anciens Premiers ministres Alain Juppé et François Fillon et l'ancien ministre Bruno Le Maire, mais aussi des leaders du centre (le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde et la vice-présidente du Modem Marielle de Sarnez).

Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il voulait "l'alternance aux régionales" (la région Ile-de-France est actuellement dirigée par le socialiste Jean-Paul Huchon), mais voit plus loin: "Après, on commencera l'année suivante avec beaucoup d'appétit".

Ses déclarations sont allées bien au-delà des régionales des 6 et 13 décembre prochain. "La gravité de la situation est telle que nous allons devoir faire un effort d'une ampleur inégalée. En 1958, le général de Gaulle s'est retrouvé dans une situation où il fallait réinventer des institutions, réinventer une monnaie, réinventer un projet. Nous allons nous retrouver dans cette situation-là", a-t-il déclaré. "Il va falloir réconcilier la France avec le travail, l'effort, le mérite".

Devant ses rivaux à la primaire de la droite de novembre 2016 en vue de l'élection présidentielle de 2017, Nicolas Sarkozy a appelé à l'unité de son parti: "On aura besoin de la solidité de chacun d'entre vous. Il ne faudra pas se faire de procès entre nous".

De son côté Valérie Pécresse a vanté "l'union de la droite et du centre" pour les régionales, qui l'opposeront à Claude Bartolone, le candidat des socialistes."Nous, nous n'avons pas besoin d'un référendum pour savoir si nous avons envie de travailler ensemble. Nous, nous aimons les mariages de projets, pas les mariages forcés", a-t-elle dit, allusion au référendum annoncé par le PS sur l'hypothèse d'une l'union de la gauche pour ces régionales.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et François Fillon, ensemble ce dimanche au meeting de Valérie Pécresse.

Fil d'actualités Opinions