NKM remplacée par Wauquiez au poste de numéro 2 de LR

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

NKM remplacée par Wauquiez au poste de numéro 2 de LR

Publié le 15/12/2015 à 11:05 - Mise à jour à 11:42
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

C'est officiel: Laurent Wauquiez remplace Nathalie Kosciusko-Morizet au poste de numéro deux du parti Les Républicains. Après l'annonce de son éviction, lundi, NKM a jugé ce mardi que la ligne de LR, voulue par Nicolas Sarkozy, est "réactionnaire". Et n'a pas caché ses envies de primaire.

Nathalie Kosciusko-Morizet, très critique envers la ligne politique de Nicolas Sarkozy, quitte officiellement la direction du parti Les Républicains et est remplacée au poste de vice-président délégué par Laurent Wauquiez, a indiqué ce mardi 15 le parti à l'AFP.

Eric Woerth devient quant à lui secrétaire général chargé du projet et Isabelle Le Callennec est nommée vice-présidente du parti, a-t-on précisé de même source.

Nathalie Kosciusko-Morizet, désormais ex-numéro deux des Républicains, a dans le même temps fait un pas de plus vers une candidature à la primaire à droite pour la présidentielle, confiant que les régionales l'avaient "rapprochée de cette hypothèse".

"Les événements des élections régionales m'ont encore rapprochée de cette hypothèse", a-t-elle affirmé sur France Info ce mardi matin. "J'y réfléchis, j'y travaille et c'est vrai que les événement des derniers jours m'ont confortée dans l'idée qu'il y avait des Français, des voix qui avaient besoin d’être entendus et représentés. Maintenant je n'ai pas d'annonce à vous faire, là ce matin", a-t-elle encore dit, pressée de préciser ses intentions.

Interrogée sur son éviction de la nouvelle direction du parti que Nicolas Sarkozy mettra en place en janvier, elle a estimé "avoir reçu le verdict avant le procès" et a rappelé que "ça fait suite à une série de tensions et d'échanges vifs concernant la ligne" au sein du parti. Même exclue de la direction, "je me battrais avec tous ceux qui pensent que l'on ne redressera pas la France avec des réactionnaires mais bien avec des visionnaires", a ajouté Nathalie Kosciusko-Morizet dans une allusion à Nicolas Sarkozy, qu'elle s'est toutefois refusée à nommer.

"Quand on organise un débat au bureau politique, soit c'est un vrai débat et dans ce cas-là on peut voter contre la ligne officielle, soit il n'y a qu'une tête, c'est un faux débat, c'est un plébiscite, mais ça ne s'appelle pas un débat et d'ailleurs je crois que ça ne s'appelle plus un parti politique", a-t-elle lancé.

Opposée au "ni-ni" (ni PS ni Front national) prôné par Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet a jugé que les résultats du second tour des régionales pour la droite étaient "en trompe l'œil parce que ces victoires ont été acquises, notamment, grâce, dans certaines régions, au rassemblement avec des électeurs de gauche qui ont voulu faire barrage au FN".

"Les résultats du premier tour, c'est la droite et le centre à 27%. Il y a un danger pour l'alternance parce qu’avec la droite et le centre à 27%, il y a le risque que notre candidat ne soit pas présent au second tour de l'élection présidentielle en 2017 et qu'on laisse les Français face à un choix mortifère entre Marine Le Pen et François Hollande", a-t-elle poursuivi.

Interrogée sur le sobriquet d'"emmerdeuse" dont l'aurait gratifiée Jacques Chirac, Nathalie Kosciusko-Morizet a répondu: "vous savez si vous ne gênez pas, c'est quelque part que vous ne servez pas aussi à grand-chose". Et d'égratigner au passage Bruno Le Maire qui avait rapporté ces propos: "Le Maire, il raconte beaucoup de choses que de temps en temps il faudrait passer au détecteur".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Nathalie Kosciusko-Morizet, Nicolas Sarkozy et Laurent Wauquiez, lors du congrès fondateur de LR en mai dernier.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-