Non, Alexandre Benalla n'a pas (encore) été placé en détention provisoire

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Non, Alexandre Benalla n'a pas (encore) été placé en détention provisoire

Publié le 19/02/2019 à 20:33 - Mise à jour à 20:34
© Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Alexandre Benalla pourrait être placé en détention provisoire ce mardi soir sur décision du juge des libertés. Vers 19h, un compte Twitter a fait croire quelque temps que la décision était tombée et que l'ancien conseiller du président passerait sa première nuit en prison. 

 

Alexandre Benalla et Vincent Crase sont entendus depuis ce mardi matin par un juge d'instruction après la diffusion des enregistrements par Mediapart. Les deux hommes pourraient être placés en détention provisoire pour non-respect de leur contrôle judiciaire. 

L'espace d'un instant vers 19h ce mardi soir, Twitter a bruissé de la nouvelle: l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron a été placé en détention provisoire à l'issue de son audience. L'information a été relayée par un compte twitter sensé être tenu par un journaliste de la rédaction de Ouest-France.

Rapidement, le tweet en question a été massivement partagé par les internautes, nombre d'entre eux faisant part de leur satisfaction face à cette décision. D'autres journalistes ont alors également retweeté la nouvelle en expliquant qu'il s'agissait d'une information exclusive du très sérieux quotidien de l'ouest de la France.

Sauf que voilà, l'information s'est avérée être une fake news comme l'a rapidement fait savoir un tweet du compte officiel de la rédaction de Ouest-France. "ATTENTION Fake News ! Ce message trompeur est diffusé par une personne qui n'a rien à voir avec Ouest-France", précise le tweet.

A noter que le compte Twitter d'où provenait la fausse information a été fermé dans la foulée.

Pourtant Alexandre Benalla risque bien de dormir en prison puisque le parquet requiert le placement en détention. Vincent Crase encoure la même sanction. C'est désormais au juge des libertés de se prononcer. A 20h30; la décision se faisait toujours attendre. 

Le 31 janvier, Mediapart a publié des enregistrements clandestins de conversations entre les deux hommes, datant du 26 juillet, alors qu'ils avaient pour interdiction d'entrer en contact.

Quatre jours auparavant, ils avaient en effet été mis en examen pour des violences commises en marge du traditionnel défilé du 1er mai à Paris et placés sous contrôle judiciaire.

Pour contre-attaquer, la défense d'Alexandre Benalla conteste la légalité des enregistrements publiés par Mediapart, estimant leur origine douteuse car ne provenant selon elle ni d’écoutes judiciaires, ni d’écoutes administratives.

Voir:

Alexandre Benalla de nouveau entendu par les juges, son contrôle judiciaire en jeu

Violences du 1er mai: Alexandre Benalla au tribunal pour être entendu par les juges

Affaire Benalla: le très attendu rapport d'enquête du Sénat présenté mercredi

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Un compte Twitter a fait croire quelque temps que l'ancien conseiller du président passerait sa première nuit en prison.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-