Nouveau Gouvernement Macron: Nicolas Hulot ministre de la Transition écologique et solidaire

Nouveau Gouvernement Macron: Nicolas Hulot ministre de la Transition écologique et solidaire

Publié le :

Mercredi 17 Mai 2017 - 15:30

Mise à jour :

Mercredi 17 Mai 2017 - 15:45
©Eric Piermont/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Nicolas Hulot a finalement accepté d'entrer dans un gouvernement. Il est devenu ce mercredi ministre d'Etat chargé de la Transition écologique et solidaire au sein du gouvernement d'Edouard Philippe.

Nicolas Hulot a été nommé ce mercredi 17 ministre de la Transition écologique et solidaire. La figure de l'écologie française a donc finalement accepté d'entrer au sein d'un gouvernement après avoir successivement dit "non" à Jacques Chirac en 2002, Nicolas Sarkozy en 2007 et François Hollande en 2016.

Il devient ainsi ministre d'Etat avec en charge un domaine assez large qui correspond parfaitement aux sujets qu'il a défendus durant la campagne présidentielle.

Nicolas Hulot, sans être hostile à Emmanuel Macron, ne l'a pas non plus soutenu, pas plus qu'un autre. Il avait évoqué durant la campagne du premier tour un intérêt aussi bien pour son programme que celui de Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon en matière d'écologie, se félicitant de cette "émulation".

Par la suite, il avait signé un appel de personnalités françaises demandant à Emmanuel Macron de prendre des engagements sur la lutte contre les inégalités et l'écologie, points jugés absents du débat. Enfin, Nicolas Hulot avait appelé à voter Emmanuel Macron au deuxième tour, "vote de raison, pas d'adhésion".

Son acceptation marque la principale "prise de guerre" d'Emmanuel Macron et symbolise également un dépassement des clivages politiques cher au deux hommes.

Les défis sont nombreux pour ce nouveau gouvernement, le premier étant de survivre aux élections législatives du 11 et 18 juin. Une réussite qui dépendra notamment de la réaction des partis Les Républicains et socialiste dont des membres ont été nommés au sein de cette équipe, à l'image du Premier ministre Edouard Philippe (LR). L'obligation de reformer un gouvernement au bout d'un mois serait un premier revers sévère pour Emmanuel Macron.

Le nouveau président de la République avait déjà prévenu qu'il n'y aurait pas "d'état de grâce" pour l'exécutif suite à l'élection présidentielle. Il devra rapidement montrer qu'il lui est possible d'agir avec un gouvernement dépassant les clivages et de répondre aux préoccupations des Français.

Nicolas Hulot avait dit "non" à trois présidents de la République.

Commentaires

-