Nouveau gouvernement Macron: quand la nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzyn justifiait les conflits d'intérêts entre médecins experts et laboratoires pharmaceutiques

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Nouveau gouvernement Macron: quand la nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzyn justifiait les conflits d'intérêts entre médecins experts et laboratoires pharmaceutiques

Publié le 17/05/2017 à 16:37 - Mise à jour à 17:18
© Eric FEFERBERG / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

Agnès Buzyn, la nouvelle ministre de la Santé du premier gouvernement nommé par Edouard Philippe en accord avec Emmanuel Macron, est une professionnelle reconnue et expérimentée dans son domaine. Mais aussi décriée pour avoir justifié, défendu même, les conflits d'intérêt entre experts médicaux et laboratoires pharmaceutiques.

PIQURE DE RAPPEL - "Il faut expliquer que vouloir des experts sans aucun lien avec l’industrie pharmaceutique pose la question de la compétence des experts". Ces mots ne sont pas ceux de l'un ou l'autre des grands patrons d'un laboratoire spécialisé dans le médicament mais d'Agnès Buzyn, la nouvelle ministre de la Santé nommée ce mercredi 17 par Edouard Philippe et Emmanuel Macron. Elle était alors présidente de l’Institut national du cancer (INCA), comme le rappel Mediapart, qui consacrait un long article sur le sujet début 2016.

Cette éminente professeure en médecine spécialisée en hématologie, immunologie des tumeurs et en transplantation, est une sommité de son domaine, ce qui lui a valu de grimper les échelons jusqu'à se voir confier, en mars 2016, la tête de la Haute-Autorité de Santé (HAS). A l'époque déjà cette nomination suscitait des remous dans le milieu médical, où d'aucuns appréhendaient la montée en grade de celle qui jugeait l'obligation de déclarer des liens d'intérêts avec l'industrie pharmaceutique notamment "handicapante".

Irène Frachon, lanceuses d'alerte à l'origine de la révélation du scandale du Mediator, disait alors au site son inquiétude. "La solution n’est pas, comme l’affirme Agnès Buzyn, de passer outre ces liens d’intérêt. L’affaire du Mediator le démontre de façon tragique: des experts indiscutablement +compétents+ sont restés solidaires d’un industriel lourdement criminel, en minimisant notamment les dégâts de ce poison. Il faut donc se doter d’une expertise vraiment indépendante", jugeait-elle alors à l'unisson des associations luttant contre ces conflits d'intérêts, comme la Formindep (Association pour une formation et une information médicales indépendantes).

Des doutes qui ont touché jusqu'à la présidente PS de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale Catherine Lemorton, qui s'était sentie obligée de rappeler lors de l'audition d'une Agnès Buzyn alors candidate à la présidence de la HAS que celle-ci doit être et rester une agence "indépendante".

Premier couac du gouvernement Macron, polémique infondée ou risque calculé? Il y a fort à parier que la principale intéressée sera questionnée à ce sujet dans les prochains jours -ainsi que ses "patrons", le président et le Premier ministre.

Auteur(s): Pierre Plottu


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Agnès Buzyn jugeait l'obligation de déclarer des liens d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique notamment "handicapante".

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-