Nuit de la solidarité : (en vrai) combien de SDF à Paris ?

Auteur(s)
Victor Lefebvre
Publié le 16 février 2018 - 14:23
Image
Un SDF dort à dans la rue à Paris, le 16 janvier 2017
Crédits
© MARTIN BUREAU / AFP/Archives
Le nombre de SDF à Paris devrait se chiffrer en centaines après la Nuit de la solidarité.
© MARTIN BUREAU / AFP/Archives
Jeudi soir, environ 1.700 personnes ont tenté de compter les sans-abri à Paris à l’occasion de la Nuit de la solidarité. Si l’objectif n’est pas politique, le résultat répondra de fait aux polémiques issues de la majorité sur ce chiffre et à l’objectif "aucune personne à la rue" d’Emmanuel Macron. Alors que les capacités d’hébergement tournent à leur maximum, le résultat qui s’annonce devrait afficher une réalité bien au-delà des estimations actuelles.

Dominique Versini, adjointe à la maire de Paris chargée de la lutte contre l’exclusion, l’avait martelé en conférence de presse: la Nuit de la solidarité qui s’est déroulée jeudi 15 au soir n’a pas un but politique. "L'objectif n'est pas de sortir des chiffres mais de comprendre", a renchéri ce soir-là le maire (PS) du 18e arrondissement Eric Lejoindre.

L’idée de cette opération visant à recenser les sans-abri à Paris et à mieux connaître leurs problèmes a d’ailleurs germé dès 2015. Soit bien avant la promesse d’Emmanuel Macron qu’il n’y ait plus de SDF en France fin 2017, et l'aveu de son échec, mardi 13.

Mais le chiffre de 50 personnes dormant dans la rue dans toute l’Ile-de-France avancé fin janvier (avant la mise en place du plan grand froid) par le secrétaire d’Etat Julien Denormandie était dans toutes les têtes lors du briefing des bénévoles et professionnels du social réunis à la mairie du 18e arrondissement.

Voir: un ministre l'assure: seulement "50 personnes" dorment dans la rue en Île-de-France

Ce chiffre y a fait froncer les sourcils ou lever les yeux au ciel, de même que l’explication du député LREM de Paris Sylvain Maillard sur ceux qui dorment dehors "par choix". "On sait que les chiffres sont fragmentaires", explique une participante. Mais ces polémiques ont eu le mérite de mettre en évidence le besoin de données réalistes, au-delà du chiffre -biaisé- des réponses négatives du 115.

Selon Anne Hidalgo, de premiers résultats seront dévoilés avant la fin du mois. On peut déjà avancer qu’ils iront bien au-delà de 50, rien qu’à Paris intra-muros.

Dans le 18e arrondissement, plusieurs équipes n’ont rencontré que quelques sans-abri, voire aucun. Mais ce sont 350 secteurs qui ont couvert la capitale. Même si chaque équipe ne trouvait en moyenne qu’un seul SDF, le chiffre serait donc bien plus haut, et ce alors que le plan grand froid a poussé les capacités d’accueil au maximum.

De plus, les quartiers ne sont à l’évidence pas égaux en la matière. Une quinzaine de personnes "en situation de rue" recensées dans le secteur comprenant la porte d’Aubervilliers. Dans celui de la porte de la Chapelle, "ils ne peuvent même pas les compter avec précision tant il y sont nombreux", et parfois réfugiés dans des tentes, raconte une cheffe d’équipe.

Lire aussi: Sans-abri à Paris: une Nuit de la solidarité pour compter "ceux que l’on ne voit pas"

Il faudra aussi tenir compte des chiffres compilés par les équipes de l’AP-HP, de la SNCF et de la RATP qui participaient à l’opération.

Lors d'un test mené le 24 janvier dans le 10e arrondissement où les campements sont nombreux, environ 450 personnes avaient été comptabilisées. Un chiffre révélé par France-Soir que Dominique Versini elle-même avait du mal à croire, mais qui nous a été confirmé jeudi par un des chefs d’équipe qui avait alors participé à l’opération: "on en avait compté 350 hors gares, métro, hôpitaux et canal".

Cet arrondissement aurait donc à lui seul mobilisé près de la moitié des 977 places d’hébergement que le plan grand froid a débloqué sur Paris le 5 février, (en plus des 1.648 déjà mises à disposition par le plan hiver). Pourtant, il reste manifestement de nombreuses personnes à la rue. Même si les bilans de ces quelques équipes ne donnent qu’une vue très partielle de Paris, il semble déjà évident que le nombre de SDF dans la capitale s’exprimera au moins en centaines à l’heure où les services d’hébergement d’urgence tournent à leur maximum. Et lorsque le plan hiver se terminera le 31 mars prochain, ce sont donc plus de 2.500 places qui auront fermé par rapport à la première Nuit de la solidarité.

À LIRE AUSSI

Image
Le président de la Fédération des acteurs de la solidarité, Louis Gallois, lors d'une réunion à Paris le 26 février 2016
Louis Gallois "déplore une volonté politique de minorer le nombre du SDF"
Le président de la Fédération des acteurs de la solidarité, Louis Gallois, "déplore une volonté politique de minorer le nombre de SDF" et appelle le gouvernement à un ...
11 février 2018 - 11:09
Politique
Image
Le secrétaire d'Etat à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie à l'Assemblée nationale, le 2
SDF à Paris : querelle de chiffres et bataille politique
Combien de personnes dorment dans la rue à Paris ? Une querelle de chiffres oppose le gouvernement aux associations alors que la mairie lance jeudi le tout premier rec...
12 février 2018 - 18:29
Société
Image
Une tente de sans-abris sous un abris-bus à Paris, le 29 décembre 2017
Sans-abris : 22 départements placés en "alerte grand froid"
Vingt-deux départements, dont les huit d'Ile-de-France, le Nord et le Rhône, ont activé leur "alerte grand froid" pour l'hébergement des sans-abri en raison de la vagu...
05 février 2018 - 18:40

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.