PMA et nazisme: Laurent Wauquiez, Sens commun et les hésitations de la droite

PMA et nazisme: Laurent Wauquiez, Sens commun et les hésitations de la droite

Publié le :

Lundi 19 Novembre 2018 - 17:53

Mise à jour :

Lundi 19 Novembre 2018 - 18:02
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Laurent Wauquiez, a lié devant les militants de Sens commun l'extension de la procréation médicalement assistée à un risque d'eugénisme, en faisant une référence au nazisme. Il a ensuite tempéré ses propos. Une stratégie qui n'est pas nouvelle pour une droite qui n'a jamais vraiment réussi à trouver sa position sur les sujets liés à l'homosexualité et la filiation.

Laurent Wauquiez a fait polémique en faisant le lien entre PMA, GPA, eugénisme et nazisme devant les membres de Sens commun, émanation politique de la Manif pour tous, avant de quelque peu rétropédaler face aux critiques.

Le sujet est glissant pour la droite, qui doit contenter ces électeurs rassemblés en 2013 par l'opposition au Mariage pour tous, et aujourd'hui contre ce qu'ils nomment PMA "sans père", c'est à dire son extension aux femmes seules et couples lesbiens.

Nicolas Sarkozy avait déjà été désarçonné devant le même auditoire en 2014. Evoquant la réécriture "de fond en comble" de la loi Taubira, il avait finalement cédé à la foule qui scandait "abrogation". A l'époque Laurent Wauquiez avait défendu la "position murement réfléchie" de Nicolas Sarkozy.

Sauf que dans son livre publié en 2016, l'ancien chef de l'Etat avait dit avoir "évolué" et ne plus souhaiter toucher à cette loi. Il s'était alors mis à dos Sens commun, qui avait alors rallier François Fillon. De même que Laurent Wauquiez après son échec à la primaire. Il avait début 2017 déclaré durant le Conseil national de son parti: "Il faudra avoir le courage de revenir sur toutes ces lois socialistes, et je pense évidement, à la loi Taubira".

Voir: De la PMA à l'eugénisme nazi: Wauquiez temporise, le tollé demeure

Mais une nouvelle fois, aux déclarations fracassantes devant un public acquis avait succédé un tempérament écrit. Dès septembre 2017, entre la défaite de François Fillon et son élection à la tête du parti, Laurent Wauquiez déclarait à Valeurs actuelles que "le sujet du mariage" n'était pas en question, et vouloir revenir uniquement sur "les dispositions qui conduisent à la GPA et à la PMA" et "revenir de l’adoption plénière par des couples de même sexe à une adoption simple, qui ne remet pas en cause les liens de filiation".

Un position reprise devant Sens commun, mais cette fois-ci agrémentée de cette comparaison polémique. Face au tollé, Laurent Wauquiez a donc une nouvelle fois temporisé, pour le grand public cette fois, sur Twitter: "En rappelant l'horreur de l'eugénisme et du nazisme, j'ai voulu rappeler les leçons de l'Histoire. Nos débats contemporains ne sont évidemment pas les mêmes mais quand on parle d'éthique, il faut être très vigilant sur les chemins que nous ouvrons".

Souffler le chaud devant un public hostile à la loi Taubira ou à la PMA, puis tiédir le discours: volontaire ou non, la stratégie se répète à droite, témoignant de sa difficulté à se positionner sur ces sujets de société qui peuvent diviser l'électorat.

Déjà en 2013, Laurent Wauquiez avait illustré cette hésitation toujours présente. Pris de court par la question: "l'homosexualité est-elle contraire à vos valeurs?", il avait répondu: "Non, pas du tout... Euh... Euh... Oui... Elle est...", avant de se reprendre en déclarant: "Ce qui est contraire à mes valeurs, c'est qu'un enfant n'ait pas un père et une mère".

Lire aussi:

LR: Laurent Wauquiez plus mal-aimé que jamais dans son propre camp

Wauquiez et plusieurs figures de droite s'opposent à l'extension de la PMA

PMA: Wauquiez dénonce "cacophonie" du gouvernement et "surenchère" de la majorité

Laurent Wauquiez et la droite ont déjà eu des positions fluctuantes sur le Mariage pour tous ou la PMA, notamment selon les auditoires.


Commentaires

-