Polémique: pour ce candidat du mouvement d'Emmanuel Macron, l'homosexualité est "une abomination"

Polémique: pour ce candidat du mouvement d'Emmanuel Macron, l'homosexualité est "une abomination"

Publié le :

Jeudi 01 Juin 2017 - 10:07

Mise à jour :

Jeudi 01 Juin 2017 - 10:17
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un nouveau candidat d'En Marche est rattrapé pour la polémique pour un fait passé qui semble bien éloigné de la posture affichée par La République en Marche, le mouvement d'Emmanuel Macron. Olivier Serva, candidat en Guadeloupe, estimait en effet en 2012 que l'homosexualité était un "péché" et dénonçait avec force le mariage entre personnes du même sexe. Soit l'exact contraire de la position officielle d'En marche.

La série noire continue dans la liste des révélations sur des "casseroles" de candidats La République en Marche, le mouvement d'Emmanuel Macron. Après Véronique Avril (Seine-Saint-Denis) et son appartement délabré loué à une famille à un prix excessif, après Houmria Berrada (Nord) et ses faux diplômes pour essayer de devenir avocate, la polémique du jour s'appelle Olivier Serva. L'homme est candidat LREM dans la 1re circonscription de Guadeloupe. Et s'il déclenche la polémique, c'est pour des propos tenus lors d'un débat télévisé sur une chaîne locale en 2012. En plein débat sur le mariage pour tous, dont il était un opposant fervent, il expliquait que l'homosexualité est une "abomination" et le mariage entre personnes de même sexe un "péché".

Olivier Serva a prononcé ces mots sur le plateau d'une émission alors qu'il débattait face au porte-parole d'une association de lutte contre l'homophobie. Et c'est sans aucun détour qu'il faisait état de ses convictions religieuses comme un argument pour s'opposer à la mesure qui sera finalement adopté définitivement le 23 avril 2013.

Pour celui qui est candidat LREM, cette loi a d'ailleurs été soutenue par "quelques lobbys qui influencent les députés" et qu' "être tolérant, ce n’est pas accepter l’intolérable".

Oliver Serva essaie aujourd'hui de déminer cette intervention. Dans un communiqué, il assure qu'il s'est "exprimé en 2012 en tant que simple citoyen dans le cadre d'un débat contradictoire relatif à l'adoption de la loi sur le Mariage pour tous". Il assure faire amende honorable: "Je m'excuse auprès des personnes que j'ai pu blesser pour cette prise de parole outrancière et je retire ces propos qui ne correspondent pas à mes convictions. C'était une faute".

La République en Marche a déjà annoncé qu'elle ne retirerait pas l'investiture du candidat, à condition qu'il "récuse ces propos". Lors de la campagne présidentielle, le programme d'En marche annonçait vouloir défendre "le Mariage pour tous, qui est un acquis fondamental du quinquennat en cours" et être favorable à l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes".

Olivier Serva affichait des positions radicales contre le Mariage pour tous.


Commentaires

-