Pour Christine Boutin, Emmanuel Macron a choisi l'horaire de la passation pour empêcher la diffusion du "Jour du Seigneur"

Le complot continue

Pour Christine Boutin, Emmanuel Macron a choisi l'horaire de la passation pour empêcher la diffusion du "Jour du Seigneur"

Publié le :

Vendredi 12 Mai 2017 - 15:22

Mise à jour :

Vendredi 12 Mai 2017 - 17:50
Pour la première fois depuis le début de la Ve République, la passation entre l'ancien et le nouveau président aura lieu un dimanche. Diffusée à la télévision en direct, elle empêchera la programmation habituelle du "Jour du Seigneur" (qui sera tout de même diffusé à 7h30), émission religieuse sur le service public. Pour Christine Boutin, il n'y a aucun hasard derrière ce qui apparaît comme une coïncidence...
©Bertrand Guay/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Pour la présidente d'honneur du Parti chrétien-démocrate, il ne faut surtout pas y voir un hasard. La passation entre l'ancien président François Hollande et le nouveau locataire de l'Elysée Emmanuel Macron se déroulera en effet dimanche 14, et sera diffusée sur France 2, la principale chaîne du service public, dans la matinée. Conséquence directe: l'émission religieuse chrétienne Le Jour du Seigneur sera exceptionnellement déprogrammée. Une perspective scandaleuse pour Christine Boutin qui ne décolère pas.

Et elle l'a fait sur Twitter en n'hésitant pas à sous entendre que le choix du dimanche n'avait pour but que de nuire au programme. "Les choix d'Emmanuel Macron sont très clairs" écrit-elle.

N'en déplaise cependant à Christine Boutin, les choses sont sans doute plus complexes. Tout d'abord, ce n'est pas nécessairement Emmanuel Macron qui a exigé le dimanche comme jour de passation. Le délai est fixé légalement, et le changement de locataire à l'Elysée doit se faire dans les 7 jours suivant le scrutin. Le deuxième tour ayant eu lieu le 7 mai, le 14 mai est effectivement le jour le plus tardif pour la cérémonie. Certes, elle aurait pu avoir lieu avant, mais il aurait été impossible de la décaler à lundi pour préserver le Jour du Seigneur. Et c'est en principe l'ancien et le nouveau président qui ont décidé de concert de la date. Difficile de croire qu'ils ont ajusté ensemble leur agenda juste pour nuire à l'émission religieuse dominicale.

Christine Boutin n'en est pas à ses première accusations à la limite de la paranoïa contre Emmanuel Macron. Surfant sur la tendance complotiste suite à l'élection et au discours de victoire prononcée devant la pyramide du Louvre, elle avait déjà (et était loin d'être la seule) publié un message étrange sur le score des "66,06%" (corrigé depuis à 66,10%) d'Emmanuel Macron.

Autre élément rendant l'allégation farfelue: même si Emmanuel Macron n'a pas eu nécessairement un discours pour ratisser le vote religieux, les catholiques ont largement mis Emmanuel Macron en tête au second tour. Il réalise 62% chez les personnes se déclarant "catholiques" mais surtout 71% chez ceux qui sont des pratiquants réguliers, allant une fois par mois au moins à la messe, et donc les plus susceptibles de regarder Le Jour du Seigneur le dimanche matin (du moins un dimanche où ils ne sont pas eux-mêmes à l'église). Ce score chez les plus pratiquant est cinq points plus élevés que son score dans l'ensemble de l'électorat (66,10%). Le quotidien catholique La Croix a d'ailleurs pris ouvertement position pour Emmanuel Macron (contrairement au confidentiel quotidien "national-catholique" Présent).

L'émission Le Jour du seigneur est en tout cas une institution à la télévision française. Elle est, après les informations télévisées, le programme le plus ancien du paysage audiovisuel français, étant diffusé le dimanche matin depuis… 1949.

Pour Christine Boutin, il n'y a aucun hasard dans le choix de la date.

Commentaires

-