Pourquoi les Sages ont dit non à la loi Avia contre la haine en ligne

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Pourquoi les Sages ont dit non à la loi Avia contre la haine en ligne

Publié le 19/06/2020 à 16:54 - Mise à jour à 18:02
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Peut-on réguler les réseaux sociaux ? Comment lutter contre la haine sur internet ? La loi Avia, adoptée en mai par le parlement était censée répondre à ces questions. Mais elle vient d’être retoquée par le Conseil constitutionnel.
 
Certes les Sages n’ont pas rejeté en bloc le texte porté par la députée LREM Laetitia Avia, mais ils l’ont littéralement vidé de sa substance en censurant sa disposition phare : l’obligation du retrait de contenus signalés comme haineux par les plateformes et les moteurs de recherche. Et ce dans les 24 heures, sous peine d’une amende de 1,25 million d’euros. 
 
Le délai, valable pour les incitations à la haine, à la violence, les injures à caractère raciste ou religieux, était ramené à une heure pour les contenus pédopornographiques ou terroristes. 
 
Liberté d’expression
 
Pour le Conseil constitutionnel cette mesure était de nature à « inciter les opérateurs à retirer les contenus qui leur sont signalés, qu’ils soient ou non manifestement illicites ». Il suffit, après tout, en particulier sur les réseaux, de cliquer sur un bouton pour signaler un contenu, pour une raison X ou Y. 
 
Les Sages ont donc pointé le risque de remise en cause de la liberté d’expression et s’en expliquent dans leur décision, se référant à la fois à la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, et à la Constitution : 
 
« Le législateur a porté à la liberté d’expression et de communication une atteinte qui n’est pas adaptée, nécessaire et proportionnée au but poursuivi »
 
Concernant le retrait des contenus pédopornographiques ou à caractère terroriste, le Conseil estime que le délai d’une heure est insuffisant pour que la justice puisse se prononcer. En somme, ce n’est pas à Facebook, Twitter ou Instagram de se mettre dans la position d’un juge. 
 
Réactions
 
« La censure ne sera pas confiée aux GAFAM », s’est réjouit le Républicain Bruno Retailleau, l’un des sénateurs à l’origine de la saisine constitutionnelle. 
 
De son côté, Laetitia Avia a également réagi sur Twitter : 
 
« La décision du CC est une déception mais je la prends comme une feuille de route pour mieux construire à l’avenir cette régulation des réseaux sociaux »
 
Mais ce ne sera a priori pas pour tout de suite. Marc Fesneau, ministre des Relations avec le Parlement, a confirmé qu’une nouvelle loi n’est pour l’heure pas envisagée. Tout en précisant que les sujets portés par cette loi Avia restent sur la table.

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Après de multiples polémiques, le Conseil constitutionnel a tranché et censure la loi par la députée de Paris

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-