Présidentielle 2017: le chômage reste la première préoccupation des Français devant la sécurité et le terrorisme

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 07 décembre 2016 - 14:09
Image
Une file d'attente à Pole Emploi.
Crédits
©Philippe Huguen/AFP
54% des Français citent la lutte contre le chômage comme première prioritaire.
©Philippe Huguen/AFP
François Hollande n'a pas su en inverser durablement la courbe, et cela aurait été sans doute son boulet s'il s'était présenté: le chômage redevient le principal sujet de préoccupation des Français à cinq mois du premier tour de la présidentielle de 2017.

La lutte contre le chômage redevient la première préoccupation des Français à moins de cinq mois du 1er tour de l'élection présidentielle, devant la sécurité et la lutte contre le terrorisme, selon un sondage Ifop-Fiducial diffusé mercredi.

Interrogés sur "les enjeux prioritaires", 54% des Français citent la lutte contre le chômage, devant la sécurité et la lutte contre le terrorisme (48%), l'amélioration du pouvoir d'achat (38%) et la préservation du modèle de protection sociale (33%) français. (Plusieurs réponses étaient possibles).

Près d'un sur trois (27%, +10) citent à égalité la lutte contre le chômage et la sécurité (27%, -31) en 1ère réponse, selon cette enquête pour le site Atlantico. Fin juillet, au lendemain des attentats de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray, la sécurité et la lutte contre le terrorisme arrivaient très largement en tête (58%), loin devant la lutte contre le chômage (17%).

Près d'un Français sur cinq (19%, +11) citent aujourd'hui l'amélioration du pouvoir d'achat comme premier enjeu et 17% (+11) la préservation du modèle social français.

La lutte contre le chômage est mentionnée en 1er par 29% des proches de la gauche et 26% de ceux de la droite. La sécurité et la lutte contre le terrorisme est en revanche le premier enjeu pour 37% des sympathisants de droite et seulement 15% de ceux de gauche.

Enquête réalisée en ligne du 28 au 30 novembre auprès de 2.006 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1% à 2,2%.

 

À LIRE AUSSI

Image
Une agence Pôle emploi à Nantes.
Assurance chômage: le gouvernement distille l'idée de la dégressivité
Alors que le chômage continue de battre des records et qu'une renégociation des règles d'indemnisation se rapproche, le gouvernement fait monter la pression sur les pa...
01 février 2016 - 18:27
Tendances éco