Présidentielle 2017: Yannick Jadot dévoile son projet politique

Pour quitter "le vieux monde"

Présidentielle 2017: Yannick Jadot dévoile son projet politique

Publié le :

Mercredi 11 Janvier 2017 - 18:55

Dernière mise à jour :

Mercredi 11 Janvier 2017 - 18:56
Yannick Jadot a dévoilé ce mercredi son "projet politique", vantant sa "cohérence" pour quitter "le vieux monde". Pour le candidat écologiste à l'élection présidentielle, ce qui le distingue des "autres" sont ses "thématiques et la qualité de (ses) propositions".
Facebook icon
Twitter icon
©Bertrand Guay/AFP
-A +A

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

Éclipsé par Mélenchon, Macron et la primaire initiée par le PS, Yannick Jadot, candidat écologiste à l'élection présidentielle, a dévoilé ce mercredi 11 son "projet politique", vantant sa "cohérence" pour quitter "le vieux monde", avec l'espoir de faire un peu décoller sa candidature. Assurant chercher "un vote d'adhésion et d'espoir, un vote d'action et de réconciliation avec la politique et l'action publique, un vote qui tourne la page du vote par défaut, du vote de colère ou de renoncement", M. Jadot, vainqueur de la primaire d'Europe Écologie-Les Verts début novembre, a longuement présenté mercredi son programme intitulé "La France vive".

Il a répété aux journalistes que ce qui le distinguait des "autres" candidats était ses "thématiques et la qualité de (ses) propositions". Son objectif est de faire 10%, le score promis à Nicolas Hulot dans les sondages lorsque celui-ci réfléchissait encore à une candidature. "Ce n'est pas dur d'exister, y compris par l'actualité environnementale qui met tous les jours l'écologie au coeur des débats", a-t-il expliqué, après avoir mentionné dans son discours les pics de pollution récents, l'importance du principe de précaution ou encore le nécessaire "partage équitable" des réfugiés entre pays européens.

Crédité dans l'immédiat d'environ 2% dans les sondages, le candidat a donc commencé 2017 en entrant dans le vif du sujet: une centaine de mesures. Mais il a reconnu que la quête des 500 parrainages demeurait "un sujet pas facile". Son programme se divise en sept chapitres: "La France 100% renouvelable", "La France qui préserve le vivant", "la France qui protège ses forces vives", "La France de l'Innovation", "La France d'une démocratie vivante", "La France qui redonne vie à l'Europe" et "La France qui contribue à un monde de paix et de solidarité".

Très largement inspiré du programme d'Europe Écologie-Les Verts auquel il a apporté ses spécificités et certaines des propositions de ses concurrentes à la primaire, comme la constitutionnalisation de l'écologie que souhaitait Cécile Duflot, M. Jadot a rappelé que ce projet était également le résultat du travail d'une plateforme collaborative. "Avec ce projet, je veux rassembler celles et ceux que l'on pense irréconciliables autour d'un horizon écologique, économique et social positif et créatif", a-t-il prévenu, en promettant de "s'attaquer de front aux rentiers du vieux monde". Il a ainsi souhaité "déverrouiller un pays bloqué par les intérêts des énergies fossiles ou nucléaires, des énergies sales et de la finance casino".

Le député européen, ancien de Greenpeace et peu connu du grand public il y a quelques mois encore, défend une "sortie progressive et définitive du nucléaire d'ici 2035" avec des fermetures de réacteurs dès cette année. Il souhaite également revoir à la hausse les objectifs de réduction des gaz à effet de serre (30% en 2020, 50% en 2030), via notamment une sortie du diesel facilitée pour les usagers par un fonds de reconversion. Il souhaite également "diviser par deux notre production de déchets par habitant à l'horizon 2030".

Côté institutions, le candidat privilégie la démocratie participative en favorisant des votations citoyennes régulières ou en consacrant par exemple 1% des bénéfices de promoteurs immobiliers à des "actions citoyennes en faveur de l'urbanisme". M. Jadot défend une Assemblée nationale de 400 députés, élus à la proportionnelle avec 20% des candidatures réservés aux moins de 30 ans, le vote à 16 ans, ou le vote des étrangers aux élections locales. Sur le terrain économique et social, M. Jadot préconise la création d'un "Small business Act" réservant la moitié des marchés publics à des PME et PMI localisées en France, mais aussi une revalorisation du Smic à 1.800 euros bruts, l'extension du RSA aux 18-25 ans et la réforme du Régime social des indépendants.

La légalisation du cannabis, l'accès à la PMA pour toutes les femmes, le droit de mourir dans la dignité, la réduction du temps de travail ou l'expérimentation d'un revenu de base figurent enfin dans le programme comme de grands classiques de l'écologie politique.

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

 
L'objectif de Yannick Jadot est de faire 10%, le score promis à Nicolas Hulot dans les sondages lorsque celui-ci réfléchissait encore à une candidature.