Primaire de la droite: Bruno le Maire présente son "contrat présidentiel"

Primaire de la droite: Bruno le Maire présente son "contrat présidentiel"

Publié le :

Samedi 17 Septembre 2016 - 10:11

Mise à jour :

Samedi 17 Septembre 2016 - 10:12
©Matthieu Alexandre/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Quelques jours après ses rivaux dans la course à la primaire de la droite, Bruno Le Maire fait sa rentrée ce samedi à Sète. L'occasion pour celui qui occupe la place de "troisième homme" de présenter son "contrat présidentiel".

Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite, présente ce samedi 17 à Sète (Hérault) l'ensemble de son programme, son "contrat présidentiel", à deux mois du premier tour de ce scrutin.

L'ex-ministre de l'Agriculture, qui s'est lancé officiellement dans l'aventure présidentielle en février, fait sa rentrée en décalé. Il s'est attelé avec ses équipes -près de 400 personnes ont travaillé dessus- à la rédaction d'un programme qui fait plus de mille pages, avec calendrier précis et chiffrage.

Fervent partisan d'un "renouveau" de la classe politique, il est souvent troisième, derrière Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, dans les enquêtes d'opinion mais repasse parfois derrière François Fillon.

"Le débat ne peut pas se restreindre à ceux qui promettent tout et son contraire et ceux qui ne proposent de ne toucher à rien", explique-t-il au Figaro ce samedi, manière d'essayer de trouver sa place dans une compétition où les yeux sont rivés sur le maire de Bordeaux et l'ex-chef de l'Etat.

Outre ses propositions sur la réduction du nombre de parlementaires, le non cumul des mandats dans le temps, la publication du casier judiciaire du candidat, qu'il veut faire acter par un référendum le jour du deuxième tour des législatives, il présente samedi dans le détail les ordonnances qu'il voudrait faire adopter dès l'été 2017 sur d'autres sujets.

Il a déjà annoncé qu'il souhaitait une baisse de la CSG, ramenée à 6%, abroger la réforme du collège, mettre fin au monopole syndical au premier tour des élections professionnelles, supprimer 500.000 fonctionnaires en cinq ans ou encore supprimer l'Ena.

Comme les trois autres principaux candidats à la primaire (Sarkozy, Juppé, Fillon) qui ont tous exercé le pouvoir, Bruno Le Maire veut écrire noir sur blanc ce qu'il fera une fois élu pour ne "pas tromper les électeurs".

Il désignera officiellement samedi son équipe de porte-parole, qui comprendra notamment le député de l'Ain Damien Abad, et fera également un discours de rentrée dimanche.

 

Bruno Le Maire reste dans les sondages derrière les deux favoris Alain Juppé et Nicolas Sarkozy.


Commentaires

-