Primaire de la droite: Fillon en tête d'un sondage à la veille du vote, pourquoi ça ne veut (presque) rien dire

Primaire de la droite: Fillon en tête d'un sondage à la veille du vote, pourquoi ça ne veut (presque) rien dire

Publié le :

Samedi 19 Novembre 2016 - 13:12

Mise à jour :

Samedi 19 Novembre 2016 - 13:16
©Patrick Kovarik/Pool/Reuters
PARTAGER :
-A +A

François Fillon sera-t-il la surprise du premier tour de la primaire de la droite de dimanche? Après une remontée fantastique dans les sondages cette semaine, c'est ce que porte à croire la dernière étude parue vendredi et qui le place en tête. Un pronostic toutefois à prendre avec de (grosses) pincettes.

Et si c'était lui? Longtemps troisième, voire quatrième, homme des sondages réalisés avant la primaire de la droite, François Fillon a fait une remontée tout aussi fantastique que surprenante cette semaine. A tel point qu'une nouvelle enquête, la dernière en date, réalisée par Ipsos et publiée par Le Monde vendredi 18 le donne désormais en tête des intentions de vote. Bien qu'à prendre avec des pincettes, cette étude préfigure du suspens qui plane sur le résultat du premier tour, qui pourrait ainsi n'être connu que (très) tard dimanche soir.

Tout a commencé en début de semaine, lorsqu'un sondage a placé François Fillon à 18% des intentions de vote, alors que le député de Paris plafonnait jusque là autour de 10 à 12%. Corrélé à une baisse similaire d'Alain Juppé, et à un coup d'arrêt d'une autre remontée, celle de Nicolas Sarkozy, l'annonce a immédiatement alimenté les machines médiatique et politique. D'autant que tout au long de la semaine, l'ancien Premier ministre qui a raté de peu (à une COCOE près) la présidence de l'UMP en 2012 a surfé sur cette vague.

Une lame de fond censée tout emporter sur son passage est ainsi désormais annoncée par les fillonistes, revigorés par ces résultats plus qu'encourageants. Autant de soutiens qui ne cachent plus leur certitude de voir leur champion se qualifier pour le second tour de la primaire depuis la dernière enquête publiée vendredi par Le Monde. Le député y recueille ainsi la première place avec 30% des intentions de vote, soit devant Nicolas Sarkozy et Alain Juppé (29% tous les deux).

Des chiffres qui sont toutefois à prendre avec de (grosses) pincettes. Ainsi, sur les 9.574 personnes interrogées, seulement 807 se sont déclarées certaines d'aller voter au scrutin de la droite et ont donc été retenues par les sondeurs. Un échantillon plutôt petit qui induit un intervalle de confiance, communément appelé marge d'erreur, important: 3,2 points.

Ainsi, la notice de l'enquête précise que la bonne manière de lire le résultat est "qu'il y a 95% de chances que le que la valeur réelle se situe" entre le score retenu et une fourchette prenant en compte la marge d'erreur. Pour Fillon, son score "réel" a ainsi 95% de probabilités d'être entre 26,8% et 33,2% des suffrages. Tandis que pour Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, l'intervalle de confiance se situe entre 25,8% et 32,2%. Tout de suite moins évident pour un camp ou un autre de revendiquer à l'avance la victoire... Un seul pronostic paraît ainsi certain à la veille du scrutin: les résultats seront serrés (et la soirée électorale très longue).

 

Les sondages sont bien moins affirmatifs que ce que portent à croire leurs résumés, qui sont pourtant largement repris.

Commentaires

-