Primaire de la droite: Juppé promet aux parents le "libre choix" de mode de garde pour leur enfant (ou pas)

Primaire de la droite: Juppé promet aux parents le "libre choix" de mode de garde pour leur enfant (ou pas)

Publié le :

Vendredi 28 Octobre 2016 - 16:46

Mise à jour :

Mardi 08 Novembre 2016 - 11:46
©Xavier Leoty/AFP
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

Faire garder son enfant est souvent un casse-tête, parfois ruineux, pour les jeunes parents. Un problème de la vie quotidienne à laquelle Alain Juppé promet de remédier s'il est élu président, tout en s'engageant à garantir aux parents le "libre choix" du mode de garde. Quel impact sur la vie quotidienne des Français? Décorticage.

Développer numériquement les places de garde pour les jeunes enfants, c'est un peu comme favoriser l'apprentissage: un sujet remis sur la table à chaque élection présidentielle (mais qui a tendance à vite disparaître dans les cartons ensuite). Candidat à la fonction suprême, Alain Juppé, qui veut mobiliser la jeunesse et donc les jeunes parents, ne déroge pas à la règle. L'objectif fixé par son programme est ainsi de "garantir le libre choix des parents pour la garde de leurs jeunes enfants" en créant des milliers de places en crèches et chez les assistantes maternelles.

Se basant sur le baromètre d'accueil du jeune enfant réalisé en 2015 par la Caisse nationale des allocations familiales, le cahier "Agir pour la famille" d'Alain Juppé met en exergue le déficit de places disponibles en crèche. Alors que 25% des parents aimeraient ainsi y faire garder leur bambin, 16% seulement y parviennent. S'opère un phénomène de vase communiquant qui, s'il peut ne pas être tout à fait exact, semble évident avec la garde par les assistantes maternelles: représentant 21% des désirs de mode de garde, celle-ci pèse pour 30% des places effectives.

Inacceptable, pour Alain Juppé qui promet d'y remédier s'il est désigné à l'issue de la primaire puis élu président. Le maire de Bordeaux promet que "l’effort public en faveur de la garde d’enfants (sera) soutenu, avec une progression des moyens de 20% sur le quinquennat". Tout en précisant fort logiquement que cet effort devra être concentré "là où (il) est utile".

Mais, paradoxalement, le favori des sondages pour la primaire de son camp promet aussi, voire surtout, "une politique très active de soutien à l'offre de garde par des assistantes maternelles", insistant même sur la nécessité de "promouvoir ce métier plus énergiquement qu'aujourd'hui".

Un objectif on ne peut plus pragmatique. Aux fortunes nécessaires, et qu'il faudra d'ailleurs trouver, à la construction longue et compliquée (surtout dans les zones les plus denses, où la demande est la plus forte) des milliers de places en crèches nécessaires, le maire de Bordeaux préfère ainsi le développement de l'emploi à domicile. Un encouragement qui se ferait en outre via des modalités moins douloureuses pour le budget de l'Etat, via des allègements de charges et autres crédits d'impôts.

Enfin, pour les familles modestes qui rencontreraient une situation d'urgence (maladie empêchant temporairement l'accueil de l'enfant en crèche par exemple) nécessitant de confier pour un court laps de temps leur bambin à une assistante maternelle, Alain Juppé propose une solution originale. Il s'agirait ainsi d'instaurer un chèque emploi service spécifique qui permettrait de payer sans faire d'avance.

Si cette méthode consistant à développer la garde par des assistantes maternelles paraît ainsi réaliste et a déjà fait ses preuves, elle est toutefois contradictoire avec la promesse de Juppé de "garantir le libre choix des parents pour la garde de leurs jeunes enfants". Il paraît difficile en effet de fournir les efforts, colossaux, nécessaires pour construire les dizaines de milliers de places en crèche qui permettraient de réponde aux souhaits des parents tout en ciblant en priorité la garde à domicile...

 

Alain Juppé promet dans son programme "une politique très active de soutien à l'offre de garde par des assistantes maternelles".

Commentaires

-