Primaire de la droite: Nicolas Sarkozy humilié dans son fief des Hauts-de-Seine

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 21 novembre 2016 - 08:18
Image
Nicolas Sarkozy s'exprime à un meeting des Républicains
Crédits
©PhilippeWojazer/Reuters
Nicolas Sarkozy a été maire pendant presque vingt ans, cela n'a visiblement pas suffit.
©PhilippeWojazer/Reuters
Le département des Hauts-de-Seine, à l'ouest de Paris, est traditionnellement favorable à Nicolas Sarkozy, qui a été maire de Neuilly-sur-Seine pendant presque vingt ans. Il y a été balayé par François Fillon et Alain Juppé.

C’est un résultat cruel pour Nicolas Sarkozy, qui vient souligner le chemin de croix qu’a été pour lui cette primaire. Car si l’ancien président de la République finit troisième du premier tour avec seulement 20,6% des voix, il a été balayé par François Fillon (en tête avec 44,2%) et même Alain Juppé (28,5% au niveau national) y compris dans certains de ses fiefs historiques.

Et, sans doute le plus cruel des camouflets locaux, celui des Hauts-de-Seine. Le département huppé de l’ouest de la petite couronne parisienne était en effet une terre sarkozyste par excellence… jusqu’à dimanche soir. Celui qui a été maire  de Neuilly-sur-Seine de 1983 à 2002, et député du département à quatre reprises y a connu une humiliation.

Selon des résultats provisoires tombés dans la nuit de dimanche 20 à ce lundi 21, non seulement Nicolas Sarkozy n’est que troisième, mais son résultat… est même moins bon que son score national. Le département place en effet en tête François Fillon avec 45,7% des suffrages des sympathisants de droite, alors qu’Alain Juppé, lui, réalise un très honorable 31,8%. L’ancien président de la République, lui, ne totalise que 15% des voix. Un naufrage.

Nicolas Sarkozy s’est exprimé dans la soirée de dimanche pour faire part de son retrait de la vie politique suite à cette défaite cuisante. "Il est donc temps pour moi d'aborder une vie avec plus de passions privées et moins de passions publiques", a-t-il déclaré pour tirer sa révérence. Puis de conclure, très solennel et semblant presque apaisé, soulagé: "bonne chance à la France".

 

À LIRE AUSSI

Image
Primaire de la droite: François Fillon crée la surprise après une remontée fulgurante
Longtemps marginalisé par le duel Juppé-Sarkozy, François Fillon crée la sensation en arrivant largement en tête du premier tour de la primaire de la droite, au terme ...
20 novembre 2016 - 23:42
Politique