Primaire de la droite: NKM et Juppé appellent à la mobilisation, Dati vole au secours de Sarkozy

Primaire de la droite: NKM et Juppé appellent à la mobilisation, Dati vole au secours de Sarkozy

Publié le :

Mardi 11 Octobre 2016 - 10:33

Mise à jour :

Mardi 11 Octobre 2016 - 10:47
©Joel Saget/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Nathalie Kosciusko-Morizet a appelé dimanche à une forte mobilisation pour la primaire au nom de la "légitimité" du vainqueur. Une importante participation pourrait favoriser NKM et surtout Alain Juppé au détriment de Nicolas Sarkozy. Rachida Dati est monté au créneau pour protéger l'ancien président de la République.

Loin derrière le quatuor de tête Juppé-Sarkozy-Le Maire-Fillon selon les sondages, Nathalie Kosciusko-Morizet tente de garder une certaine crédibilité dans la course à la primaire de la droite, notamment en appelant à la mobilisation.

Pour NKM, "tous les Français qui ont l'intention de voter pour un candidat issu de la primaire sont légitimes". Autrement dit, la primaire ne devrait pas être limitée aux seuls sympathisants de la droite et du centre.

Comparant dimanche 9 cette primaire à celle du Parti socialiste de 2011 qui avait réuni trois millions d'électeurs, la candidate juge que "si on a moins, ou même beaucoup moins de Français qui se déplacent, par exemple 1 ou 1,5 million, la légitimité du candidat, elle, sera faible". En revanche une importante participation "donne une dynamique pour gagner la présidentielle, et même pour réformer la France".

Un appel à la mobilisation qui n'est certainement pas étranger au fait qu'une forte participation, au-delà des militants Les Républicains, devrait favoriser les candidats ayant une ligne plus au centre: Nathalie Kosciusko-Morizet et Alain Juppé. Le camp de Nicolas Sarkozy semble craindre cette hypothèse alors que l'ancien président de la République a perdu un peu de terrain face à son rival Alain Juppé.

Rachida Dati, qui a récemment officialisé son soutien à l'ancien président, est venue à son secours ce mardi 11 sur la question, en dénonçant cette ouverture. Pour l'ancienne garde des Sceaux: "cette primaire, elle commence à poser un problème institutionnel, parce que est-ce que c'est la primaire d'un camp ou est-ce que ça devient le premier tour des élections présidentielles? Il ne faut quand même pas se tromper d'élection", a déclaré la maire du 7e arrondissement de Paris, députée européenne.

Rachida Dati avait déjà tancé NKM, lui recommandant notamment de s'interroger "sur le manque d'adhésion et de désir qu'elle suscite auprès de nos adhérents". Mais ses derniers propos visent avant tout Alain Juppé:" Nicolas Sarkozy n'a jamais fait appel, jamais fait appel, au Front national. Il appelle tous les électeurs qui sont de droite et du centre pour voter à la primaire. Il est cohérent. Alors que M. Juppé, il appelle à la gauche, il appelle aux déçus du hollandisme. Et après il fait comment?", a-t-elle déclaré.

 

Une forte participation à la primaire de la droite devrait avantager les candidats avec une ligne plus au centre au détriment notamment de Nicolas Sarkozy.


Commentaires

-