Primaire de la gauche: dernier sursaut d'un PS à l'agonie pour les éditorialistes

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Primaire de la gauche: dernier sursaut d'un PS à l'agonie pour les éditorialistes

Publié le 21/01/2017 à 13:11
©Christian Perry-Giraud/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

A la veille du premier tour de la "primaire citoyenne", de nombreux éditorialistes évoquent la "mort annoncée" d'un parti socialiste miné par les divisions et concurrencé d'un côté par Jean-Luc Mélenchon et de l'autre par Emmanuel Macron.

A la veille du premier tour de la primaire de la "Belle Alliance" et à cent jours de la présidentielle, certains éditorialistes se lancent ce samedi 21 dans la chronique de la "mort annoncée" du parti socialiste.

Pour Guillaume Tabard du Figaro, la participation à la primaire serait le "dernier espoir d'un sursis pour le PS" et estime que "pour échapper au scénario catastrophe d’une mort annoncée, le Parti socialiste s’en remet à cet ultime espoir." Pour lui, l'équation est simple, une forte participation redonnerait une légitimité au vainqueur et relancerait le match à gauche. Mais "pour le candidat PS, ce ne serait qu’un sursis. Quand votre mort (politique) est annoncée, toute rémission est bienvenue", assène-t-il.

Toujours dans le Figaro, Paul-Henri du Limbert en est déjà au "requiem de Solferino". "Manuel Valls l’avait pressenti, lui qui répétait sans cesse: +Le PS peut mourir.+ Il semble bien que ce moment approche", écrit-il.

"Depuis le temps que les mauvais esprits, y compris socialistes, annoncent la mort du PS, ils vont peut-être finir par avoir raison", juge Le Monde qui assure que "d'une manière ou d'une autre, tout est à reconstruire. Les socialistes ont raison de dénoncer ceux qui les enterrent trop vite. Mais ils vont avoir fort à faire pour convaincre du contraire".

Laurent Joffrin, dans Libération, s'interroge : "peut-être est-ce inévitable, peut-être le glas de l’histoire a-t-il déjà sonné pour les survivants de la rue de Solférino". "Si le candidat désigné ne convainc pas, s’il patauge dans le discrédit, il sera temps de constater le décès de l’ancienne gauche", poursuit l'éditorialiste du quotidien de gauche qui pense qu'en "attendant, il serait bon de laisser une chance, non à un appareil, mais à une idée. Celle de la gauche, qui peut encore servir en se réinventant".

"Outre la candidature socialiste à l’élection présidentielle, c’est bien l’avenir du PS qui se joue", dimanche, estime aussi Laurent Bodin de L’Alsace. Enfin dans Sud-Ouest, Yves Harté croit savoir que pour "la question fondamentale de l’avenir d’une gauche française, c’est vers l’extérieur que bientôt on regardera". Pour lui, ce sont "Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron" qui poseront "les véritables questions qu’aurait dû entendre un congrès socialiste qui n’a jamais eu lieu".

Le premier tour de la primaire organisée par le parti socialiste se déroulera dimanche et opposera sept candidats: Manuel Valls, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel (PRG), Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate) et François de Rugy (parti écologiste). Les deux vainqueurs dimanche s'affronteront lors du second tour le 29 janvier.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les éditorialistes s'interrogent sur la capacité du PS à survivre après la primaire.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-